Mali : les autorités ordonnent la dissolution de l'association des étudiants du pays

Le gouvernement malien a annoncé, mercredi 13 mars, la dissolution de l'Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM) accusée d'être responsable de violences et d'affrontements meurtriers.  

Image
AEMM photo

Photo d'illustration - Page Facebook de l'Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) 

DR
Partager1 minute de lecture

La junte malienne a annoncé mercredi la dissolution de l'Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) qu'elle accuse d'être responsable de violences et d'affrontements depuis plusieurs années dans le milieu scolaire, selon un communiqué du Conseil des ministres consulté jeudi.

"Les agissements en cause sèment des troubles au sein de l'espace scolaire et universitaire et provoquent des perturbations des cours, des assassinats, des meurtres et des destructions de biens publics et privés par des manifestations violentes de rue et des ports illégaux d'armes", affirme le gouvernement. 

Le communiqué fait état d'affrontements armés "entre les différents clans de ladite association" dont le dernier en date, le 28 février, a "causé la mort d'un jeune étudiant (...) et plusieurs blessés graves". 

"Au regard de ces constats, l'Association des Élèves et Étudiants du Mali (AEEM) est dissoute". En 2023, l'AEEM avait célébré son 33e anniversaire selon sa page Facebook.

Au Mali comme ailleurs, les organisations estudiantines sont souvent considérées comme de potentiels foyers d'agitation politique. En 1991, les étudiants avaient été à la pointe du combat pour la chute du général Moussa Traoré, finalement renversé par un coup d'Etat mené par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré.

Les Nations unies "profondément préoccupées"

Mercredi, les Nations unies se sont dites "profondément préoccupées" par la dissolution d'organisations de la société civile au Mali, et plus largement par des "restrictions croissantes" aux droits humains et aux libertés fondamentales.

Le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme mentionne notamment la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l'imam Mahmoud Dicko (CMAS), dont la dissolution a été annoncée le 6 mars, et l'Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali.

L'imam Mahmoud Dicko, une influente figure religieuse, est l'un des rares à oser exprimer ouvertement ses désaccords avec les militaires au pouvoir après en avoir été l'un des soutiens. Il est actuellement à l'étranger.

(Re)lire Mali : le pouvoir militaire annonce la dissolution de l'association de soutien à l'Imam Dicko

Le Haut-Commissariat juge "essentiel" que les autorités protègent l'espace civique et garantissent le plein respect des lois du Mali et qu'elles se conforment à leurs obligations "en vertu du droit international et régional en matière de droits humains".

Le Mali est en proie depuis 2012 à la propagation jihadiste et à une grave crise non seulement sécuritaire, mais aussi politique et humanitaire.

Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 ont opéré une réorientation stratégique, rompu la vieille alliance avec l'ancienne puissance dominante française et se sont tournés militairement et politiquement vers la Russie.