Afrique

Mali : les Occidentaux dénoncent le déploiement des "mercenaires" russes de Wagner

Des Maliens manifestant contre la France et en soutien à la Russie, pour le 60ème anniversaire de la République du Mali en 1960, à Bamako, en septembre 2020.<br />
 
Des Maliens manifestant contre la France et en soutien à la Russie, pour le 60ème anniversaire de la République du Mali en 1960, à Bamako, en septembre 2020.
 
(AP Photo)

Les mercenaires russes de la sulfureuse société paramilitaire Wagner auraient entamé leur déploiement au Mali, avec l'aide de Moscou. C'est ce qu'ont dénoncé jeudi une quinzaine de puissances occidentales impliquées dans la lutte antidjihadiste et la formation des soldats dans ce pays.

Les signataires ne menacent pas directement Bamako d'un départ des forces étrangères, même si Paris prévenait jusqu'ici que l'arrivée sur le territoire malien des paramilitaires de Wagner serait "incompatible" avec le maintien des soldats français déployés au Mali. Cette perspective fait l'objet depuis des mois de tensions croissantes entre la junte malienne au pouvoir et la France. Emmanuel Macron a renoncé à se rendre à Bamako lundi dernier.

"Nous (...) condamnons fermement le déploiement de mercenaires sur le territoire malien", soulignent dans un communiqué commun ces pays dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Canada, en dénonçant "l'implication du gouvernement de la Fédération de Russie dans la fourniture d'un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner au Mali".

Chargement du lecteur...

Selon une source gouvernementale française, "on constate aujourd'hui sur place des rotations aériennes répétées avec des avions de transport militaire appartenant à l'armée russe, des installations sur l'aéroport de Bamako permettant l'accueil d'un chiffre significatif de mercenaires, des visites fréquentes de cadres de Wagner à Bamako et des activités de géologues russes connus pour leur proximité avec Wagner"

Mercredi 22 décembre, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken avait déjà mis en garde le Mali contre des conséquences financières et une déstabilisation du pays, déjà en proie aux violences, si le gouvernement recrutait Wagner, un groupe réputé proche du Kremlin.

"Nous regrettons profondément la décision des autorités de transition maliennes d'utiliser des fonds publics déjà limités pour rétribuer des mercenaires étrangers au lieu de soutenir les forces armées maliennes et les services publics au bénéfice du peuple malien", et "appelons la Russie à se comporter de manière responsable et constructive dans la région", insiste le communiqué également signé par une dizaine de pays européens engagés aux côtés de Paris dans le nouveau groupement de forces spéciales Takuba, qui doit aider l'armée malienne à monter en puissance.

"Obstruction"

"Ce déploiement ne peut qu'accentuer la dégradation de la situation sécuritaire en Afrique occidentale, mener à une aggravation de la situation des droits de l'homme au Mali", déplorent-ils, dans une référence à peine voilée à la présence de Wagner en Centrafrique, où la société est accusée d'exactions et de pillage de ressources minières.

L'Union européenne a sanctionné lundi le groupe Wagner ainsi que huit personnes et trois sociétés qui lui sont liées pour les "actions de déstabilisation" menées dans plusieurs pays d'Afrique, dont le Mali, et en Ukraine.

Les pays occidentaux demandent également à la junte malienne d'organiser "des élections dans les meilleurs délais" pour rendre le pouvoir aux civils, mais qui traîne des pieds pour présenter un calendrier de transition, au grand dam des membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

"La crise actuelle se noue principalement autour de l'attitude d'obstruction à la transition politique, dont le déploiement en cours de Wagner n'est qu'un symptôme, témoignant de la volonté des autorités de transition de se maintenir en place" au Mali, commente-t-on de source gouvernementale française.

Toutefois, malgré la réticence du régime putschiste malien à quitter le pouvoir et le déploiement en cours des mercenaires russes, qui constituait jusqu'alors une ligne rouge pour Paris, "nous réaffirmons notre détermination à poursuivre notre action en vue de protéger les civils, de soutenir la lutte contre le terrorisme au Sahel et de contribuer à instaurer la stabilité à long terme", affirment les 15 pays.

Au terme de près de neuf ans de présence au Sahel, la France a entrepris en juin de réorganiser son dispositif militaire en quittant ses trois bases les plus septentrionales au Mali (Tessalit, Kidal et Tombouctou) pour se recentrer autour de Gao et Ménaka, aux confins du Niger et du Burkina Faso.

Ce plan prévoit une réduction des effectifs français au Sahel, de 5.000 à 2.500/3.000 d'ici 2023.

Malgré les efforts militaires, le Mali est toujours livré aux agissements de groupes affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, et aux violences perpétrées par des milices autoproclamées d'autodéfense.