Afrique

Mali : les rotations des contingents de la mission de l'ONU reprennent lundi

Des contigents africains participent à une cérémonie formelle pour la création de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), 1er juillet 2013, Bamako, Mali.
Des contigents africains participent à une cérémonie formelle pour la création de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), 1er juillet 2013, Bamako, Mali.
(AP Photo/Harouna Traore)

Les rotations des contingents de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma), suspendues depuis un mois, reprendront lundi 16 août avec un nouveau mécanisme d'approbation, a annoncé samedi à l'AFP le ministre malien des Affaires étrangères, une information confirmée par la Minusma.

"La Minusma a marqué son accord sur les nouvelles procédures et les a communiquées à tous les pays contributeurs de troupes. Il n’y aura pas d’exception", a déclaré le ministre Abdoulaye Diop. "Il est prévu que les rotations recommencent dès ce lundi", a confirmé Myriam Dessables, porte-parole de la Minusma.

Avant, "ils (les contingents) nous saisissaient directement. On a mis un terme à cela. Toutes les demandes doivent désormais passer par la Minusma qui doit les valider et transmettre aux Affaires étrangères par note verbale", a précisé le chef de la diplomatie malienne.

Les rotations des contingents militaires et policiers de la Minusma avaient été suspendues le 14 juillet pour une durée indéterminée en raison du "contexte de sécurité nationale".

(Re)lire : Minusma au Mali : quelles sont les raisons de la prolongation de la mission de l'ONU ?

L'Allemagne dénonce un nouveau refus de survol par Bamako

Vendredi, l'Allemagne avait annoncé suspendre "jusqu'à nouvel ordre" la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l'ONU (Minusma), en dénonçant un nouveau refus de survol par les autorités maliennes.

(Re)lire : Mali : pourquoi l'Allemagne suspend la majorité de ses opérations militaires avec la Minusma

"Le gouvernement malien a encore une fois refusé d'autoriser un vol prévu" qui devait assurer une rotation de personnel, avait expliqué un porte-parole du ministère allemand de la Défense.

En conséquence, "nous suspendons jusqu'à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère" car "il n'est plus possible de soutenir la Minusma sur le plan opérationnel", avait-il ajouté.

Le refus de survol était intervenu malgré des assurances contraires de la part du ministre malien de la Défense, Sadio Camara, lors d'un entretien téléphonique jeudi avec son homologue allemande Christine Lambrecht, avait-il également précisé.

Les Allemands doivent se conformer aux nouvelles procédures. Leur ministre de la Défense est allé vite en besogne pour annoncer la suspension de leur opérations. Cela ne nous impressionne pas

Abdoulaye Diop, chef de la diplomatie malienne

"Les Allemands doivent se conformer aux nouvelles procédures. Leur ministre de la Défense est allé vite en besogne pour annoncer la suspension de leur opérations. Cela ne nous impressionne pas", a réagi M. Diop.

"Notre ligne est claire. On ne transige pas sur les questions touchant à la souveraineté et à la sécurité nationales", a-t-il poursuivi.

Le Mali est dirigé par une junte qui s'est détournée de la France et de ses partenaires, et s'est tournée vers la Russie pour tenter d'endiguer la propagation jihadiste qui a gagné le centre ainsi que le Burkina Faso et le Niger voisins.

Mali : L'ONU en mission de paix

Chargement du lecteur...