Afrique

Mali : un nouvel échec de la lutte anti-terroriste occidentale ?

Soldats maliens patrouillant devant le Radisson blue de Bamako après l'attaque terroriste de novembre 2015. 
Soldats maliens patrouillant devant le Radisson blue de Bamako après l'attaque terroriste de novembre 2015. 
© AP Photo/Jérôme Delay

Le départ de l'armée française du Mali, après neuf ans d'opérations contre les groupes djihadistes, sanctionne les limites d'une stratégie adoptée par les Occidentaux dans d'autres parties du globe, en Afghanistan notamment : la primauté de la réponse militaire à un fléau notoirement plus profond.

Bien des choses séparent le départ chaotique des Américains de Kaboul en août dernier, et celui des Français du Mali annoncé ce 17 septembre. Mais les points de convergence sont édifiants.

"L'échec de la France au Mali est très similaire à d'autres échecs occidentaux dans l'anti-terrorisme", résume Colin Clarke, directeur de recherche au Soudan Center, un think-tank basé à New-York. "L'Afghanistan est probablement l'exemple le plus proche, car le retrait s'est opéré avant qu'aucun des deux pays n'atteigne ses objectifs. Dans les deux cas, c'est au détriment de la sécurité, ce qui conduira vraisemblablement à la croissance des groupes djihadistes"

Et dans les deux cas, ce fut l'échec patent des tentatives occidentales de mettre sur pied des structures régaliennes locales légitimes et résilientes : armée, administration, gouvernement.

(Re)lire : Au Mali et au Burkina Faso, des communautés locales négocient déjà avec des djihadistes

Au Sahel, les actions françaises contre les djihadistes affiliés à Al-Qaïda ou au groupe État islamique (EI) ont obtenu d'évidents résultats, ne serait-ce que dans leur capacité à contenir leur propagation. Mais elles n'ont pas été suivies de la reconquête politique des territoires par les États africains, dans une zone par ailleurs bien trop grande compte-tenu des effectifs militaires déployés.

Barkhane a poussé les djihadistes dans leur retranchement, démantelé les réseaux et décapité les têtes pensantes ou opérationnelles. Mais au Mali comme en Afghanistan, Somalie ou Syrie, "les opérations de ratissage et de sécurisation, très vite considérées comme des succès militaires, cachent souvent les germes de conflits futurs encore plus complexes", constate Bakary Sambé, directeur de l'Institut Timbuktu à Dakar.

Ennemi asymétrique et protéiforme

"Le contre-terrorisme classique, certes, semble avoir les faveurs des partenaires internationaux. Cependant, il ne s’attaque qu’aux symptômes d’un mal déjà profond", ajoute Bakary Sambé. "Il s’avère impuissant face aux racines de ce mal", précise le chercheur citant notamment "la pauvreté, le mal-développement, la mal-gouvernance, les injustices"

RE(voir) : Mali : "En face du politique, il y a le religieux qui récupère les frustrations"
Chargement du lecteur...

Emily Estelle, analyste de l'American Entreprise Institute (AEI) à Washington, dresse un parallèle entre un Mali et un Afghanistan également soumis au "défi fondamental de la gouvernance". Car "aucune victoire militaire ne sera suffisante pour défaire une insurrection, quand demeurent des fléaux tels que la corruption ou les abus des forces de sécurité".

Une nouvelle fois, une armée occidentale moderne abandonne le terrain face à un ennemi protéiforme, capable de se régénérer en renouvelant ses effectifs, de promouvoir sa haine de l'Occident sur les réseaux sociaux et de proposer des solutions alternatives à une administration locale défaillante. 

Les experts sont nombreux à estimer que les soldats français auraient dû quitter le territoire dès 2014, une fois l'opération Serval réussie.

(Re)voir : Mali : la France aurait dû partir plus tôt
Chargement du lecteur...

"On sait maintenant, depuis l’Afghanistan, qu’une opération extérieure avec beaucoup de forces occidentales au sol ne peut pas durer éternellement", estime Alain Antil, expert du Sahel à l'Ifri, soulignant "les limites" des "grosses opérations, avec beaucoup d’hommes, beaucoup de présence sur le terrain et beaucoup de visibilité politique".

Des djihadistes inspirés par les talibans afghans

Aujourd'hui, de fait, la comparaison entre Mali et Afghanistan inspire les djihadistes eux-mêmes. La prise de pouvoir des talibans en août, dix ans après en avoir été chassés par les Américains, a consacré un modèle. "Les djihado-salafistes du Mali ont appris du mode d'emploi des talibans. Et leur victoire valide la stratégie des autres groupes de rester patients et de saper à la fois le gouvernement local et les forces armées extérieures", estime Emily Estelle analyste de l'American Entreprise Institute.

La lutte anti-terroriste cherche aujourd'hui une formule. La France a tenté de partager le fardeau avec la task-force européenne Takuba, censée accompagner l'armée malienne au combat. Hors du Mali, elle va devoir se réinventer.

(Re)voir : Mali : qu'est-ce la force Takuba ?
Chargement du lecteur...

Pour l'Afghanistan, le président américain Joe Biden avait annoncé "une approche over-the-horizon (sans présence au sol, frappant depuis le ciel, ndlr), ce qui à certains égards est ce que les États-Unis ont fait dans d'autres pays, comme le Yémen ou la Somalie, pendant des années. La décision de Paris de glisser de Barkhane vers Takuba reposait globalement sur la même logique", fait valoir Tore Hamming, chercheur au Département des études de la guerre du King's College de Londres. 

L'idée est de "dédier moins de ressources et de minimiser les risques", ajoute-t-il. Mais si elle peut neutraliser un chef, "ce n'est pas une stratégie pour gagner la guerre contre les djihadistes".