Afrique

Maroc : il faut fermer le couloir de la mort, sans plus attendre

Chargement du lecteur...
©TV5Monde Philippe Randrianarimanana/Maud Ninauve/Julia Métayer

La peine de mort est toujours en vigueur au Maroc mais n'est plus appliquée depuis 1993. Les militants abolitionnistes marocains veulent inscrire dans le marbre de la loi ce moratoire de fait. Ils insistent sur le caractère inhumain des conditions de vie des détenus dans le couloir de la mort.

Ahmed Haou revient de loin. A 22 ans, pour avoir manifesté contre la vie chère, ce marocain est condamné à la peine capitale. Il va vivre 10 années d'enfer dans le couloir de la mort.

Tu vis avec la mort à chaque instant, à chaque moment, à chaque ouverture d'une cellule. C'est la chose la plus brutale que vit un condamné à mort. 
Ahmed Haou, ex-condamné à mort

Grâce à la pression internationale, sa peine sera commuée en prison à perpétuité, puis il sera libéré en 1997. Aujourd'hui, il témoigne un peu partout, sur ces photos, c'était en Tunisie. Un travail de pédagogie mené aussi dans les écoles et lycées. L'organisation marocaine des droits humains s'appuie elle sur cette BD 
pour décrire le sort des condamnés à mort au Maroc, soumis à un traitement spécial, à la prison centrale de Kenitra près de Rabat, sans soins médicaux, dans des cellules surpeuplées.

On travaille sur l'éducation à l'abolition. Comment voir cette détention comme une torture.
Boubker Largou, président de l'organisation marocaine des droits humains OMDH

Sur les 92 condamnés à mort, les deux tiers présentent des troubles psychiques graves. Le débat sur l'abolition est ouvert : l'OMDH invoque le droit à la vie inscrit dans la constitution. Mais au Maroc, le blocage vient d'ailleurs.

Actuellement le Maroc à cette question du sahara. Le Maroc veut laisser cette peine en cas de besoin.
Me Abderrahim JAMAI, Coordonnateur du réseau marocain contre la peine de mort

Si la justice marocaine continue de prononcer la peine de mort, il y a dans les faits, un moratoire sur son application depuis 1993. Mais les militants plaident pour l'abolition pure et simple.

Il y a des revendications de certains condamnés à mort de ne pas rester dans cette situation d'attente et ils demandent qu'ils soient exécutés.

Abdallah Mouseddad, secrétaire général de l'Observatoire Marocain des prisons

Chaque jour compte. 15 ans déjà que les militants abolitionnistes au Maroc se mobilisent à l'image de ce sit-in, symbolique, devant le Parlement marocain.