Mauritanie : les candidats à la présidentielle face à l'épreuve de la jeunesse

Sept candidats se présentent à l’élection présidentielle en Mauritanie de ce samedi 29 juin. Le président sortant Mohamed Ould Ghazouani est le grand favori. Un des grands enjeux de ce scrutin est : jeunesse Mauritanienne.

Image
Mauritanie présidentielle

Des partisans du candidat Biram Ould Dah OUld Abeid prennent part à un rassemblement politique durant la campagne présidentielle. 

AP Photo/Mamsy Elkeihel
Partager2 minutes de lecture
Cette date, elle l’a cochée depuis longtemps sur son agenda. Fatimetou ne manquerait cela pour rien au monde. Elle entend s’exprimer par le vote à la présidentielle samedi 29 juin. À 24 ans, cette jeune femme occupe un poste d’assistante enseignante à l’université "l'Institut Supérieur de Comptabilité et d'administration des entreprises" (polytechnique). Ingénieur diplômée, elle rêve d’autre chose, un job à la mesure de ses études, mais rien n’est simple.  
 
La plupart des diplômés sont contraints d’accepter des postes qui ne sont pas à la hauteur de leurs qualifications.
 
Fatimetou, 24 ans
 
« La plupart des diplômés sont contraints d’accepter des postes qui ne sont pas à la hauteur de leurs qualifications. Je suis vraiment dans l’espoir qu’il y aura des changements d’ici là, des politiques idéalistes pour la création d’emplois, l’accompagnement des jeunes, l’encadrement, les financements… », explique au micro de Léa Breuil, notre correspondante en Mauritanie. 
 
Fatimetou est persuadée que la réalisation de ses espoirs ne peut passer que par les urnes.  
 

Plus de la moitié de la population a moins de 35 ans

En Mauritanie, 78% de la population a moins de 35 ans. Les candidats à l’élection présidentielle affirment vouloir accorder une place centrale aux jeunes dans leur programme.  
Mohamed Ould Ghazouani, le président sortant, candidat pour un deuxième mandat, a promis dans une lettre adressée aux Mauritaniens pour annoncer sa candidature, que “le premier défi a toujours été et demeure celui de répondre aux aspirations et aux espoirs de notre jeunesse, de libérer son énergie et de la préparer à contribuer activement à la construction et à la définition des contours de la Mauritanie à laquelle elle aspire ». 
Fatimatou se pose des questions. Elle envisage, à contrecœur, de partir à l’étranger pour passer un doctorat.  
 
Dans un quartier de Nouakchott, Amal Tall, 30 ans, investit son temps et son énergie auprès des jeunes. Son choix pour la présidentielle, il l’a fait, il n’en dira pas plus. Pour lui, le futur président n’aura d’autres choix que d’offrir de meilleures conditions de vie mais aussi l’égalité des chances. « On souhaite la Mauritanie unie, des Peuls, des Soninkés, des Wolofs et des Maures blancs. Dans les bureaux, les systèmes étatiques, que tout le monde soit uni et que la même chance soit donnée à tout le monde. On voit aujourd’hui que plus de 15 000 Mauritaniens partent pour aller vers le Nicaragua, il faut faire quelque chose pour cette jeunesse”. 
 
Depuis deux ans, ils seraient 22000 jeunes à avoir tenter le rêve américain. Les candidats à l’exil seraient majoritairement originaires de la capitale Nouakchott et de Nouadhibou, ville située dans la partie occidentale de la République islamique de Mauritanie.  
 

Depuis 2 ans, ils seraient 22000 à avoir tenter le rêve américain 

 
Si cette migration vers les États-Unis via l’Amérique centrale est relativement nouvelle, la problématique elle ne l'est pas, selon Amadou Sall, président d'un centre de recherche indépendant.  Le socio-anthropologue estime que les autorités ont bien tenter de retenir la jeunesse. Après les élections, l’enjeu sera aussi d’impliquer les jeunes dans l’évaluation des politiques publiques mises en place. « Il faut qu’ils comprennent qu’ils n’ont pas besoin de voyager et que c’est possible ici surtout avec tout le potentiel dont dispose la Mauritanie », précise-t-il. 

 

Près de 24 % des moins de 25 ans sont au chômage en Mauritanie 

 
Selon les dernières données de l’Organisation Internationale du travail (OIT), près de 24% des jeunes mauritaniens âgés de moins de 25 ans sont au chômage. La jeunesse est un enjeu majeur de cette élection. Quatre millions et demi d’habitants vivent dans ce pays, trait d’union territorial, entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne.  6 candidats affronteront l’actuel président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani. Parmi eux : l’opposant et militant des droits de l’homme Biram Ould Dah Abeid ou Hamadi Sid'El Mocktar candidat du premier parti d’opposition, le parti islamiste du Tawassoul. Longtemps instable politiquement, secouée par des coups d’Etats successif, entre 1978 et 2008, la Mauritanie entend réussir une nouvelle transition sans accroc comme lors de l’élection présidentielle de 2019.