Afrique

Miss Sénégal : des propos sur le viol qui ne passent pas

Une manifestation contre les violences faites aux femmes au Sénégal, en juillet 2021
Une manifestation contre les violences faites aux femmes au Sénégal, en juillet 2021
TV5MONDE

La colère monte sur les réseaux sociaux sénégalais après les propos polémiques de la présidente du comité Miss Sénégal, affirmant que si la lauréate 2020 avait été violée, c’est parce qu’elle l’avait cherché. Une pétition réclamant la dissolution du comité organisateur a récolté plus de 50 000 signatures. 

"Kougnou violer, yaw la nekh", ou "si elle a été violée, c’est qu’elle l’a cherché" en français.  C’est ce qu’a affirmé la présidente du Comité Miss Sénégal Aminata Badiane dans une interview à Dakarbuzz TV le 18 novembre, en réponse aux déclarations de Miss Sénégal 2020, Ndèyne Fatima Dione. Elle évoquait dans la presse sénégalaise des comportements déplacés au sein du comité d’organisation du concours de beauté, où elle aurait subi des violences. Elle raconte que dans un hôtel, "l'un des invités m'a tenue par la main et a commencé à me carresser", rapporte RFI. Elle aurait aussi refusé de danser sur la table, ce à quoi Aminata Badiane a répondu "tu ne sers à rien, tu ne tiens compagnie à personne."

(Re)voir : Le combat victorieux des Sénégalaises pour la criminalisation du viol [Le Mémo]

Chargement du lecteur...

La mère de Ndèyne Fatima Dione avait,elle, révélé que sa fillé était tombée enceinte après avoir été violée lors d’un voyage organisé par le comité. "Nous ne connaissons pas l’auteur de cette grossesse, nous savons juste que ma fille de 20 ans a été abusée", avait-elle affirmé.

Indignation sur les réseaux sociaux 

Ces propos ont suscité l’indignation de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. Certains dénoncent l’apologie de la culture du viol à travers ces propos, d’autres apportent leur soutien à la jeune femme. 

Elle a offensé toutes les femmes et les victimes de viol.Une internaute

Une pétition réclamant la dissolution du comité d’organisation de Miss Sénégal et le retrait de leur licence d’exploitation recueillait plus de 51 000 signatures ce 20 novembre. Celle-ci a été adressée au ministère sénégalaisde la Culture, l’un des sponsors du comité. Dans les commentaires, les internautes jugent les propos de Aminata Badiane "dénués de raison et insensés". "Elle a offensé toutes les femmes et les victimes de viol, affirme une autre internaute. Elle ne mérite pas sa place."

Face à l’indignation grandissante, Aminata Badiane a présenté ses excuses dans une vidéo. Mais pour les internautes, le mal est déjà fait et nombre d’entre eux dénoncent des "excuses bidons" comme nous l'explique notre correspondante à Dakar Arwa Barkallah :

Sénégal : le scandale Miss Sénégal agite le pays

Chargement du lecteur...

Un délit jusqu’en 2019

Certaines entreprises ont également décidé de se désolidariser du concours de beauté. C’est le cas de la société CFAO Motors Sénégal, qui a décidé le 19 novembre de récupérer ses véhicules, mettant un terme à leur partenariat avec le comité. Dans un communiqué, la société affirme que "ces propos vont à l’encontre de nos valeurs."

Le compte Twitter Femmes Sénégalaises demande à Canal +, Royal Air Maroc et plus généralement "toutes les entreprises sponsors d'arrêter de soutenir ce comité d'organisation de Miss Sénégal.

Ces propos restent toutefois représentatifs d’une société dont les mentalités commencent à évoluer sur les questions des violences faites aux femmes. Le viol était, jusqu’en 2019, un délit. Les auteurs risquaient cinq à dix ans d’emprisonnement. Depuis janvier 2020, le viol est considéré comme un crime et peut être passible de la réclusion à perpétuité, ce n’était pas le cas auparavant.