Niger : 29 soldats tués dans l'attaque djihadiste la plus meurtrière depuis le coup d'État

Le Niger est en deuil ce mardi 3 octobre après la mort de 29 soldats dans une attaque djihadiste. Le régime militaire a accepté d'examiner une offre de médiation de l'Algérie pour une "solution politique" à la crise.

Image
29 soldats ont été tués au nord-ouest de Tabatol dans la nuit du 2 au 3 octobre 2023.

Carte du Niger.

© TV5MONDE
Partager2 minutes de lecture

L'attaque "combinant l'utilisation d'engins explosifs improvisés et de véhicules kamikazes par plus d'une centaine de terroristes" a visé un détachement des forces de sécurité, à Tabatol près de la frontière avec le Mali, indique un communiqué du ministère de la Défense.

"Le bilan provisoire de cette attaque est le suivant: coté ami, 29 soldats sont tombés en héros, deux ont été gravement blessés", poursuit le texte qui précise que "plusieurs dizaines de terroristes" ont été tués. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Le Niger continue de faire face à des violences djihadistes récurrentes. Il s'agit du plus lourd bilan depuis l'arrivée au pouvoir des militaires, qui avaient justifié leur coup d’État du 26 juillet notamment par la dégradation de la situation sécuritaire. Mi-août, 17 soldats avaient été tués dans une attaque près de la frontière avec le Burkina Faso.

Lundi 2 octobre, le ministère des Affaires Étrangères algérien a indiqué avoir reçu de la part de Niamey "une acceptation de la médiation algérienne visant à promouvoir une solution politique à la crise du Niger".

Niamey a reconnu avoir "fait part de la disponibilité des autorités nigériennes à examiner l'offre de médiation de l'Algérie", a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

La source média référencée est manquante et doit être réintégrée.

 

Mais les militaires ont rappelé qu'ils entendaient rester maîtres du calendrier, en affirmant que la durée de la transition vers un régime civil serait fixée par un "forum national inclusif" au Niger, et non par un quelconque médiateur.

Si l'Algérie, influent voisin du Niger, n'a pas mentionné de durée de transition dans son communiqué du 2 octobre, elle avait proposé fin août une durée de six mois sous la tutelle d'une "autorité civile dirigée par une personnalité consensuelle et acceptée par tous les bords de la classe politique".

Le 19 août, le nouvel homme fort du Niger, le général Abdourahamane Tiani, avait affirmé vouloir une transition de trois ans maximum. Et dans la soirée du 30 septembre, dans une interview à la télévision nationale, il a affirmé que le régime n'avait "pas le droit de passer cinq ans au pouvoir".

Plainte de Mohamed Bazoum

Depuis qu'il a été renversé par les militaires en juillet, le président élu Mohamed Bazoum est séquestré dans sa résidence avec sa femme et son fils. Lundi, ses avocats ont annoncé le dépôt d'une plainte à Niamey contre les auteurs du coup.

Cette plainte, avec constitution de partie civile, consultée le 2 octobre par l'AFP, vise le général Tiani et "tous autres", pour "attentat et complot contre l'autorité de l’État, crimes et délits commis par les fonctionnaires et arrestations et séquestrations arbitraires".

La plainte, au nom de Mohamed Bazoum, son épouse et deux de leurs enfants, devrait être déposée "dans les prochains jours", auprès du doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Niamey, selon l'un des avocats interrogés par l'AFP, Dominique Inchauspé.

Mohamed Bazoum a également saisi le groupe de travail sur la détention arbitraire et le Comité des droits de l'homme, deux organismes du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ont indiqué ces avocats.

Le 18 septembre, il avait saisi la Cour de justice de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), dénonçant notamment son "arrestation arbitraire".

Lundi 2 octobre, un collectif international d'avocats, comprenant notamment l'avocat américain spécialisé dans les droits humains Reed Brody, l'ancien bâtonnier du Niger Moussa Coulibaly et Mohamed Seydou Diagne du barreau de Dakar, a appelé à "la libération immédiate" de M. Bazoum.

Tweet URL

Le président déchu et sa famille "n'ont jamais été présentés à un magistrat et n'ont pas été informés de l'existence d'une quelconque procédure à leur encontre", a déclaré le collectif dans un communiqué.

Mi-août, les auteurs du putsch avaient de leur côté annoncé leur intention de poursuivre Mohamed Bazoum pour "haute trahison" et "atteinte à la sûreté" du pays.