Niger : cinq choses à savoir sur ce pays du Sahel

Une tentative de coup d’État est en cours au Niger depuis le mercredi 26 juillet. Pays instable du Sahel, c’est aussi un État exportateur d'uranium mais très pauvre. Depuis plusieurs années, le Niger est en proie à la violence djihadiste.

Image
carte du Niger avec la capitale Niamey et les pays limitrophes
TV5MONDE
Partager2 minutes de lecture

Le Niger, pays enclavé aux deux tiers désertique situé au coeur du Sahel, comptait 26,2 millions d'habitants en 2022, essentiellement musulmans. Plus de la moitié de sa population (50,6%) vivait dans la pauvreté en 2021 (2,15 dollars par jour ou moins), selon la Banque mondiale.

Record mondial de fécondité

Avec 6,8 enfants par femme en 2021, il détient le record mondial de fécondité.
Dans ce pays en proie à l'insécurité, l'Unicef prévoit pour cette année 430.000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère, davantage qu'au Mali ou au Burkina Faso, autres pays du Sahel confrontés à des attaques jihadistes.

Le Niger fait face à un afflux de réfugiés fuyant les conflits au Nigeria et au Mali. Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) en recensait plus de 255.000 en 2022.

Le Niger, qui a connu deux famines dans les années 1970 et 1980, traverse des crises alimentaires récurrentes. Son économie peu diversifiée est dépendante de l'agriculture pour 40 % du PIB.

Régime instable

Indépendant de la France depuis 1960, le Niger a connu plusieurs crises politiques graves. Elles ont débouché sur quatre coups d'État. Le dernier remonte au mois de février 2010 et a abouti au renversement du président de l’époque, Mamadou Tandjaplus. 

mamadou tandja

Photo d'archive datée du vendredi 31 juillet 2009. Celui qui est alors le président nigérien, Mamadou Tandja, s'adresse aux journalistes à la résidence présidentielle de Niamey, au Niger. Des coups de feu ont été signalés le jeudi 18 février 2010 près du palais présidentiel dans la nation ouest-africaine du Niger. 

AP/Rebecca Blackwell

Le pays a aussi été le théâtre de nombreuses tentatives de putsch. Deux rébellions touareg ont été réprimées, dans les années 1990 puis en 2007-09. 

En avril 2021, le Niger a connu sa première transition démocratique entre deux présidents élus. L'actuel, Mohamed Bazoum, a néanmoins prêté serment en pleine crise, deux jours après une tentative de coup d'État présumée.

Plusieurs groupes djihadistes implantés 

Le Niger est confronté aux attaques régulières et meurtrières de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et l'État islamique au Sahel dans l'ouest, à Boko Haram et l'État islamique en Afrique de l'ouest (Iswap) dans le sud-est.
Le pays bénéficie du soutien de plusieurs pays occidentaux dont la France et les États-Unis.

En août 2020, huit personnes dont six humanitaires français de l'ONG Acted avaient été assassinés alors qu'ils visitaient la réserve de girafes de Kouré, à l'est de Niamey, une attaque revendiquée par l'État islamique au Sahel.

Riche en uranium

L'uranium, dont le pays est un des principaux producteurs mondiaux, constitue sa principale exportation. Le pays fournit ainsi 20% de l'uranium européen.

Le groupe nucléaire français Orano (ex-Areva) exploite l'uranium depuis 50 ans dans le nord du pays. Des entreprises à travers le monde (chinoises, australiennes, américaines, russes etc) ont également obtenu des permis de prospection ces dernières années.

Afin de compenser les pertes de recettes engendrées par la chute des cours mondiaux de l'uranium, Niamey construit, avec la Chine, le plus grand oléoduc d'Afrique pour exporter son pétrole brut via le Bénin. En 2022, sa croissance a rebondi à 11,5%, selon la Banque mondiale.

Un patrimoine unique

Les ruines des forts du Djado, situés à plus de 1.300 km de Niamey, offrent une vue étonnante : des "ksars", villages fortifiés bâtis en pierre salière sur des éperons rocheux au milieu du désert.

À cause de l'insécurité, chercheurs et touristes ont déserté depuis vingt ans cette région troublée qui jouxte les frontières de la Libye et du Tchad.

Aucune fouille, aucune datation scientifique n'a jamais été entreprise dans la zone pour savoir qui a bâti ces villages dans les oasis du Kawar, quand et pourquoi ils ont été abandonnés.

Jadis important noeud des routes caravanières, le Kawar est aujourd'hui un couloir des trafics d'armes et de drogue transsahariens.