Niger : le GPL ne sera plus exporté pour favoriser le marché national

Les autorités militaires au pouvoir au Niger ont décidé de suspendre les exportations de gaz de pétrole liquéfié (GPL) "jusqu'à nouvel ordre" pour privilégier l'approvisionnement national.

Image
29 soldats ont été tués au nord-ouest de Tabatol dans la nuit du 2 au 3 octobre 2023.

Carte du Niger.

© TV5MONDE
Partager1 minute de lecture

Le Niger a démarré la production de GPL en 2012, pour atteindre en 2020 un peu plus de 60 000 tonnes, selon des statistiques officielles. Il est principalement utilisé dans le pays pour cuisiner.

"L'exportation du gaz est formellement interdite sauf sur autorisation spéciale, et ce jusqu'à nouvel ordre", indique un courrier du directeur général des douanes, Abou Oubandawaki, adressé à ses services.

"Le présent arrêté a pour objet l'interdiction de l'exportation du gaz GPL au Niger. La production nationale du gaz GPL assure prioritairement l'approvisionnement du marché national", confirme un arrêté du ministère du Commerce et de l'Industrie, daté du 25 septembre.

Une demande nationale croissante

Selon un rapport du ministère du Pétrole, l'exportation du GPL "a été importante surtout en 2013 et 2014". Il est ensuite devenu "presque nulle en 2019 et 2020" avec "l'accroissement de la demande domestique".

Le gouvernement nigérien avait notamment subventionné le GPL pour décourager l'utilisation abusive du bois, largement utilisé pour cuisiner dans le pays, et lutter ainsi contre la désertification.

Le Niger est frappé depuis deux mois par de lourdes sanctions de la Communauté économique des États d'Afrique de l'ouest (Cedeao), à la suite du coup d’État qui a porté des militaires au pouvoir le 26 juillet.

Le Nigeria, géant économique dont le chef de l'Etat Bola Tinubu est l'actuel président en exercice de la Cedeao, fournit 70% de l'électricité utilisée par le Niger. La suspension de l'approvisionnement met particulièrement le pays en difficulté.