Afrique

Nigeria : envolée des prix du kérosène, les compagnies aériennes suspendent les vols

Des voitures font la queue devant une station service à Lagos, Nigeria le 18 février 2022.
Des voitures font la queue devant une station service à Lagos, Nigeria le 18 février 2022.
© AP Photo/Sunday Alamba

Les compagnies aériennes nigérianes suspendront à partir du 9 mai et "jusqu'à nouvel ordre" leurs activités en raison de l'envolée des prix du kérosène, annonce l'Association des opérateurs aériens du Nigeria (AON).

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février et les sanctions imposées dans la foulée à Moscou, les cours mondiaux du pétrole se sont envolés, provoquant une flambée des prix des carburants dans de nombreux pays.

Le prix du kérosène de type JetA1 "est passé de 190 nairas (43 centimes) à 700 nairas (1.60 euros) par litre. Aucune compagnie aérienne dans le monde ne peut absorber (...) une hausse soudaine aussi astronomique sur une courte période", pouvait-on mire dans un communiqué de l'Association des opérateurs aériens du Nigeria le 6 mai.

Ainsi, selon l'AON, un billet d'avion pour un vol intérieur d'une heure coûte actuellement en moyenne 270 euros, un prix colossal pour des voyageurs "qui connaissent déjà de nombreuses difficultés". "C'est pourquoi (...) les compagnies aériennes cesseront leurs activités dans tout le pays à compter du lundi 9 mai 2022 et ce, jusqu'à nouvel ordre", a-t-elle poursuivi.

Face à cette situation, le ministère de l'Aviation a appelé les opérateurs aériens, "même dans cette situation difficile", "à considérer l'effet multiplicateur de l'arrêt de leurs opérations sur les Nigérians et voyageurs du monde entier".

Le ministère, qui rappelle dans son communiqué publié ce 7 mai que l'approvisionnement en carburant n'est pas de son ressort, évoque des "efforts engagés pour apaiser la situation".

De son côté, la Commission de protection des consommateurs nigérians (FCCPC) affirme mener des efforts pour trouver un "arrangement acceptable" avec les principaux négociants en carburant.

La FCCPC a également fait part de sa "préoccupation" face à la pluie de réactions de nombreux Nigérians "selon lesquels les compagnies aériennes ont continué à vendre des billets au-delà de la date annoncée".

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes nigérians ont exprimé leur colère, parfois avec ironie, après l'annonce de l'AON qui a invité les voyageurs à "trouver des alternatives".