Nigeria : plus de 160 morts dans des attaques de groupes armés

Plus de 160 personnes ont été tuées dans des attaques menées par des groupes armés entre samedi 23 décembre au soir et lundi 25 dans plusieurs villages de l'État du Plateau, dans le centre du Nigeria, selon les autorités locales.

Image
Carte du Nigeria qui montre la localisation de l'État du Plateau au Nigeria où des groupes armés ont tué au moins 113 personnes

Des groupes armés ont tué au moins 113 personnes dans plusieurs villages de l'État du Plateau au Nigeria.

TV5MONDE
Partager1 minute de lecture

"Les hostilités déclenchées samedi (23 décembre, NDLR) se poursuivaient lundi matin", a déclaré à l'AFP Monday Kassah, le président du conseil du gouvernement de Bokkos, une circonscription située dans cette région en proie depuis plusieurs années à des tensions religieuses et ethniques.

20 villages touchés

"Au moins 113 corps ont été retrouvés", a-t-il ajouté, alors que le bilan donné dimanche 24 décembre par l'armée était de 16 morts.

Et "plus de 300 personnes" ont été blessées et transférées dans les hôpitaux de Bokkos, de Jos et de Barkin Ladi, a affirmé Monday Kassah. Un premier bilan provisoire de la Croix-Rouge locale transmis à l'AFP faisait état lundi soir de 104 morts dans 18 villages de la région de Bokkos.

Des groupes armés, localement qualifiés de "bandits", ont attaqué "pas moins de 20 villages" entre samedi soir et lundi matin, a-t-il précisé, soulignant que "les attaques étaient bien coordonnées". 

Ces dernières ont commencé dans la circonscription de Bokkos puis ont débordé dans celle voisine de Barkin Ladi où "30 morts ont été retrouvés", selon Danjuma Dakil, son président.

(Re)voir : Funérailles au Nigeria

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Attaque "brutale et injustifiée"

Dimanche 24 décembre, le gouverneur de l'État du Plateau, Caleb Mutfwang, avait qualifié cette action armée de "barbare, brutale et injustifiée".

"Des mesures proactives seront prises par le gouvernement pour freiner les attaques en cours contre des citoyens innocents", avait déclaré Gyang Bere, le porte-parole du gouverneur.

Des tirs de pistolet se faisaient encore entendre dimanche en fin d'après-midi, selon une source locale.

Tweet URL

L'ONG Amnesty International a réagi à ces violences, jugeant que "les autorités nigérianes ont toujours échoué dans leurs tentatives de mettre un terme à ces fréquentes attaques dans l'Etat du Plateau".

Les populations des régions du nord-ouest et du centre du Nigeria vivent dans la terreur des attaques des groupes djihadistes et des bandes criminelles qui pillent les villages et tuent ou enlèvent leurs habitants.