Ouganda : l'ONU demande au président Museveni de rejeter la loi contre l'homosexualité

Le Parlement ougandais vient d'adopter dans la nuit une loi interdisant l'homosexualité. Un texte que l'ONU, Amnesty International, Londres et Washington demandent au président ougandais Museveni de rejeter.
Image
Le 9 août 2014 lors de la marche pour les Fiertés LGBT à Entebbe, en Ouganda.
© AP Photo/Rebecca Vassi
Le 9 août 2014 lors de la marche pour les Fiertés LGBT à Entebbe, en Ouganda.
Image
Réfugiés ougandais homosexuels qui ont fui vers le Kenya voisin rentrent chez eux à Nairobi après avoir fait quelques courses, le 11 juin 2020. 
© AP Photo/Brian Inganga, File
Réfugiés ougandais homosexuels qui ont fui vers le Kenya voisin rentrent chez eux à Nairobi après avoir fait quelques courses, le 11 juin 2020. 
Partager4 minutes de lecture
Le Parlement ougandais a voté le 22 mars, lors d'une séance agitée, une loi prévoyant de lourdes peines pour les personnes entretenant des relations homosexuelles. 

Les députés ont considérablement amendé le texte initial qui prévoyait jusqu'à 10 ans de prison pour toute personne se livrant à des actes homosexuels ou se revendiquant comme LGBTQ+, dans un pays où l'homosexualité était déjà illégale.

Voir : Ouganda : une loi anti-LGBTQ prévoit de lourdes peines
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

L'étendue des nouvelles peines prévues par la loi n'était pas connue dans l'immédiat.

"Le pire au monde"

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Volker Türk, a appelé ce 22 mars Yoweri Museveni à ne pas promulguer le texte. "Le vote de ce texte discriminatoire - probablement le pire au monde en son genre - est un développement profondément troublant", estime-t-il dans un communiqué.

"Si elle est promulguée par le président, (cette loi) fera des lesbiennes, des homosexuels et des bisexuels, des criminels en Ouganda par le simple fait d'exister (...). Cela pourrait donner carte blanche à la violation systématique de presque tous leurs droits humains", plaide-t-il.

Lire : Afrique : quels droits pour les homosexuels ?

"Cette loi ambiguë, vaguement formulée, criminalise même ceux qui ‘font la promotion’ de l'homosexualité", a souligné dans un communiqué Tigere Chagutah, le directeur d'Amnesty pour l'Afrique de l'Est et du Sud.

Fox Odoi-Oywelowo, un élu du Mouvement de résistance nationale, le parti du président Museveni, a pris position contre le texte. Le député a dit à l'AFP que selon la version finale de la législation, les contrevenants risquent une peine de prison à vie ou même la peine de mort pour des délits "aggravés".

Lire : Ouganda : homosexuels, les "demi-morts"

Amnesty a estimé que Yoweri Museveni devait "urgemment mettre un veto à cette loi consternante", ajoutant qu'elle "institutionnaliserait la discrimination, la haine et les préjugés" contre la communauté LGBTQ+.

Sida

Dans un tweet, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a aussi dénoncé l'adoption de la loi. "Nous appelons fermement le gouvernement d'Ouganda à reconsidérer la mise en œuvre de cette loi", a affirmé le secrétaire d'État américain. Elle met "en cause les droits fondamentaux de tous les Ougandais" et "pourrait affecter la lutte contre le sida", a-t-il ajouté.
 

Le ministre britannique chargé de l'Afrique, Andrew Mitchell, s'est aussi dit "profondément déçu" de l'adoption du projet, l'envoyé spécial du Premier ministre Rishi Sunak pour les droits des LGBTQ, Nicholas Herbert, avertissant du risque de voir augmenter "la discrimination et la persécution des personnes en Ouganda".

"Alors que de nombreux pays, dont un certain nombre sur le continent africain, s'orientent vers la dépénalisation, il s'agit d'un pas profondément troublant dans la direction opposée", a déclaré Nicholas Herbert sur Twitter.
 

Les débats au Parlement ont été émaillés de paroles homophobes, Yoweri Museveni lui-même ayant fait référence la semaine dernière aux homosexuels comme à des personnes "déviantes".

(RE)voir : Ouganda : un nouveau traitement par injection contre le VIH
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Toutefois, le dirigeant de 78 ans a souvent estimé que le sujet n'était pas une priorité à ses yeux et qu'il préférait conserver de bonnes relations avec ses donateurs occidentaux et les investisseurs.

L'Ouganda a une stricte législation anti-homosexualité - un héritage des lois coloniales - mais depuis l'indépendance du Royaume-Uni en 1962, il n'y a eu aucune poursuite pour des actes homosexuels consentis.

L'intolérance à l'homosexualité est courante en Ouganda où l'adoption du texte a été saluée par certains.

"Nous sommes très heureux comme citoyens de l'Ouganda. Culturellement nous n'acceptons pas... l'homosexualité, le lesbianisme, les LGBTQ. Nous ne pouvons pas", a dit à l'AFP Abdu Mukasa, un habitant de 54 ans. "Nous avons été créés par Dieu. Dieu a créé l'homme et la femme. Et on ne peut accepter qu'un sexe aille avec le même sexe", a-t-il ajouté.

En 2014, un tribunal ougandais avait bloqué un projet de loi, approuvé par les députés et signé par le président Museveni, pour punir les relations homosexuelles de prison à vie.

Ce texte avait suscité un tollé au-delà des frontières ougandaises, certains pays riches ayant suspendu leur aide après sa présentation au parlement.

La semaine dernière, la police a annoncé l'arrestation de six hommes pour "pratique de l'homosexualité" à Jinja (sud). Six autres hommes ont été interpellés sur la même accusation dimanche, selon la police.