Afrique

Ouganda : un savon anti-moustique pour endiguer le paludisme ?

Chargement du lecteur...
Pour endiguer le fléau du paludisme en Ouganda, une jeune entrepreneure a inventé un savon qui permettrait de faire fuir les moustiques.
TV5Monde

En Ouganda, le paludisme est un problème de santé publique. Pour tenter d'endiguer ce fléau, une jeune entrepreneure a inventé un produit peu coûteux et facile à utiliser : un savon anti-moustique.

dans
C'est dans un petit atelier que Joan Nabulega concocte ses savons. Sa recette : une touche d'huile d'olive, une pointe d'huile de palme et de l'hydroxyde de sodium. Ajoutez à cela de la citronnelle et de la lavande comme répulsifs naturels et les moustiques fuient.

Dans son enfance Joan a subi des crises de paludisme comme beaucoup d'enfants ougandais. C'est donc motivée et persuadée de l'utilité de son invention qu'elle a lancé son entreprise : "Il y a des solutions sur le marché comme les sprays et tout le reste, mais elles ciblent les touristes. Les gens qui vivent avec cette maladie ne sont pas pris en charge. Nous cherchons un produit auquel ces personnes peuvent facilement accéder", déclare-t-elle.

Mais pour que ce produit soit accessible financièrement aux communautés locales, Joan doit le vendre plus cher dans les hôtels et lodges à touristes.

Le savon, une solution miracle ?

La famille de Teddy Namirembe, une citoyenne ougandaise, a pu tester ce savon. Et apparemment les résultats sont positifs : "Avant de commencer à utiliser ce savon, les enfants étaient atteints de paludisme. Le matin, ils avaient plusieurs marques causées par des piqûres de moustiques. Ce n'est plus le cas et je n'ai plus à lutter pour acheter des médicaments", dit-elle.

En 2017 plus de 5000 Ougandais sont morts des suites de la malaria et 40% des visites dans les hôpitaux concernent des patients atteints de paludisme. Un fléau que Joan Nabuléga espère bien endiguer.

Comment le projet de Joan Nabulega est-il né ?

Elevée dans un orphelinat, Joan est devenue entrepreneure grâce aux 5000 dollars d'une fondation nigériane qui a cru en son projet. Aujourd'hui, elle concourt pour le prix du meilleur jeune entrepreneur africain.