Afrique

"Parlons d'Afrique" : une rencontre des diasporas à l'Elysée avec des intentions bien concrètes

Le président français en visite au Kenya en mars 2019. Emmanuel Macron cherche à corriger l'image des relations traditionnelles entre Paris et le continent, notamment en se rendant en Afrique anglophone.
Le président français en visite au Kenya en mars 2019. Emmanuel Macron cherche à corriger l'image des relations traditionnelles entre Paris et le continent, notamment en se rendant en Afrique anglophone.
© AP Photo/Khalil Senosi

Le président français organise, ce jeudi 11 juillet, un grand débat avec les diasporas africaines. L’objectif d’Emmanuel Macron : continuer de redorer l’image des relations de la France avec l’Afrique. Derrière la démarche symbolique, des arrières-pensées très pragmatiques.

Une image bien ancrée : celle de la Françafrique, à l’ancienne. C’est cette vision des relations entre Paris et l’Afrique que le président Macron tente de corriger. La réunion des diasporas ce jeudi 11 juillet à l’Elysée entre dans ce cadre.

Africains, binationaux ou afrodescendants, “Parlons Afrique”, ce sont deux heures d’échanges avec des étudiants, des chefs d’entreprises mais aussi des personnalités connues comme le chanteur Abd Al-Malik ou Moulaye Fanny, jeune passionné de pâtisserie de 27 ans, originaire de Côte d'Ivoire. 

Chargement du lecteur...
Récit : P. Bourgaux, images : R. Lescaut, montage : J. Boulliez
© TV5MONDE

Reconquête

Derrière l’image et l’événement, une intention très concrète : les décideurs économiques ne considèrent pas la France comme un bon partenaire pour l’Afrique. La Chine ou l’Allemagne ont meilleure réputation. 

Aux côtés du président français pour cette rencontre, le président ghanéen. Nous sommes loin des habituels dirigeants “amis” de l’ancien pré-carré français. Nana Akufo-Addo n’est pas seulement un président anglophone. Il mène aussi depuis son élection début 2017 une politique destinée à favoriser le retour des Ghanéens partis réussir à l’étranger. En recevant Emmanuel Macron en novembre 2017, il avait aussi vigoureusement dénoncé “la mentalité de dépendance” qui prévaut en Afrique.

Chargement du lecteur...
Récit : Ousmane Ndiaye
© TV5MONDE