Plainte déposée en France contre Macky Sall

Une plainte a été déposée en France et une demande d'enquête soumise à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye contre le président sénégalais Macky Sall pour "crimes contre l'humanité", après les pires troubles qu'ait connu le Sénégal depuis des années.
 

Image
Le président du Sénégal Macky Sall au sommet pour un nouveau pacte financier mondial à Paris, aux côtés de la ministre des Affaires étrangères françaises Catherine Colonna. 22 juin 2023

Le président du Sénégal Macky Sall au sommet pour un nouveau pacte financier mondial à Paris, aux côtés de la ministre des Affaires étrangères françaises Catherine Colonna. 22 juin 2023

© Ludovic Marin, Pool via AP
Partager2 minutes de lecture

"C'est juste ridicule", a commenté à l'AFP le président sénégalais, qui se trouvait à Paris ce 22 juin pour le sommet pour un nouveau pacte financier mondial.
L'avocat français Juan Branco a présenté lors d'une conférence de presse le contenu des 170 pages de la plainte déposée la veille au soir en France devant le pôle crimes contre l'humanité du tribunal judiciaire de Paris, ainsi que la demande d'enquête à la CPI.

"Cette démarche va entraîner pour les personnes visées des conséquences pour le restant de leurs jours, car les crimes qui ont été commis sont imprescriptibles", a affirmé Maître Branco, qui est l'un des avocats de l'opposant sénégalais Ousmane Sonko.

Ces procédures pour "crimes contre l'humanité" visent également le ministre de l'Intérieur sénégalais Antoine Diome, le général Moussa Fall, commandant de la gendarmerie sénégalaise, ainsi qu'une centaine "d'autres individus", et concernent la période allant "de mars 2021 à juin 2023".

La condamnation le 1er juin d'Ousmane Sonko à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs a déclenché les pires troubles qu'ait connu le Sénégal depuis des années. Les heurts ont causé au moins 16 morts selon les autorités, 23 selon l'ONG Amnesty International et 30 selon l'opposition.

Un troisième mandat pour Macky Sall ?

La condamnation d'Ousmane Sonko le rend en l'état actuel inéligible pour la présidentielle de 2024. Personnalité populaire dans la jeunesse et les milieux défavorisés, l'opposant crie au complot et reste bloqué par les forces de sécurité chez lui à Dakar, depuis le 28 mai.

Macky Sall, élu en 2012 et réélu en 2019, entretient le flou sur sa volonté de briguer un troisième mandat en 2024. L'hypothèse d'une candidature rencontre une forte opposition au nom du respect de la Constitution.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

En mars 2021, des troubles - déjà autour de la personne d'Ousmane Sonko - avaient fait au moins 12 morts au Sénégal. Depuis ces troubles de 2021, "aucune enquête n'a été diligentée (au Sénégal) et aucune poursuite pénale", a fustigé auprès de l'AFP Alioune Sall, député des Sénégalais de la diaspora et coordonnateur en France du Pastef, le parti d'Ousmane Sonko, qui était aux côtés de l'avocat Juan Branco. "Plus de deux ans après, on a jugé nécessaire, en tant que parti politique et en tant que Sénégalais, de poursuivre le combat sur le plan international, dès lors que l'Etat sénégalais, qui est censé garantir les droits fondamentaux de ses ressortissants, ne le fait pas", a-t-il dit.

"Exactions"

Lors des troubles de juin 2023, des vidéos et des témoignages ont fait état d'hommes en civil, armés et à bord de pick-ups, chassant des manifestants.
Les pro-Sonko accusent le camp présidentiel d'avoir payé ces "nervis" pour prêter main forte aux policiers et gendarmes et mater les contestataires. La présence de ces hommes armés, relayée par de nombreux médias locaux et internationaux, a été dénoncée par des défenseurs des droits humains.

Durant la conférence de presse ce 22 juin, des vidéos et photos, dont certaines insoutenables, montrant des manifestants tués ou très gravement blessés lors des troubles de juin, ont été diffusées. Les images ont été fournies par le conseil d'Ousmane Sonko.

Selon les procédures engagées la veille, ces "crimes contre l'humanité" ont été "commis dans le cadre d'une attaque généralisée et systématique de la population civile" sénégalaise.

Macky Sall et Antoine Diome ont "ordonné et supervisé la commission" de ces crimes "contre des manifestants désarmés depuis le mois de mars 2021", affirment les requêtes. Ils sont accusés d'avoir visé en particulier les partisans du Pastef et de la coalition d'opposition "Yewwi Askan Wi".

"4.500 éléments de preuve"

Maître Branco affirme avoir été récipiendaire de "plus de 4.500 éléments de preuve". L'avocat et son équipe ont sélectionné "710 éléments de preuve des exactions" du pouvoir sénégalais, pour servir de support à la demande d'enquête à la CPI.
Juan Branco affirme avoir établi "le meurtre de 50 personnes" entre mars 2021 et juin 2023, et plusieurs milliers de détentions arbitraires et d'atteintes à la vie et blessures. Toujours selon l'avocat d'Ousmane Sonko, "la présidence de la République, elle même, en tant qu'institution, a mis en place des commandes d'armes particulièrement massives dont nous avons retracé le cheminement", a-t-il affirmé, et il cite comme preuve "la livraison de 104 tonnes d'armes à la présidence au deuxième semestre 2022".