Présidentielle au Sénégal : avec la loi d'amnistie, le candidat Bassirou Diomaye Faye compte passer de l'ombre à la lumière

Il est emprisonné depuis presque un an et pourrait être le principal bénéficiaire de la loi d'amnistie votée le 6 mars par l'Assemblée nationale. Bassirou Diomaye Faye attend sa libération de prison pour sortir de l'ombre du populaire Ousmane Sonko, lui aussi détenu. En lice pour la présidentielle prévue le 24 mars, l'intéressé va devoir se dévoiler auprès des électeurs dans l'espoir de devenir le cinquième président sénégalais.

Image
sénégal bassirou diomaye faye tv5 08062023

Bassirou Diomaye Faye sur le plateau de TV5MONDE le 8 juin 2023. 

TV5MONDE
Partager2 minutes de lecture

Candidat de l'opposition antisystème, Bassirou Diomaye DFaye dort en prison depuis presque un an. Il est incarcéré pour "outrage à magistrat", mis en cause après une publication sur Facebook. 

À 43 ans, le secrétaire général et membre fondateur du parti dissous Pastef, Bassirou Diomaye Faye est l'un des favoris de la présidentielle. Après plusieurs semaines de brouillard lié au report surprise du scrutin par le président Macky Sall, l'élection a finalement été fixée au 24 mars. 

Dans l'ombre de Ousmane Sonko

"Ousmane mooy Diomaye, Diomaye mooy Ousmane" ("Ousmane c'est Diomaye, Diomaye c'est Ousmane"), assurent le parti et ses supporters en langue wolof. Selon eux, la libération des deux hommes est imminente et leur association les mènera vers la victoire.

"Je confirme que Bassirou Diomaye Faye est un bénéficiaire de la loi d'amnistie" et qu'il devrait sortir dès sa promulgation, dit à l'AFP son avocat Me Moussa Sarr.
La loi votée mercredi concerne tous les délits ou crimes commis depuis 2021 et "se rapportant à des manifestations ou ayant des motivations politiques".

"Ils sont deux faces d'une même pièce avec deux styles différents. Le charisme d'Ousmane est inégalable mais le charme et la perspicacité de Diomaye feront sensation", affirme Moustapha Sarr, un formateur des militants de l'ex-Pastef.
"Diomaye a les épaules assez larges pour piloter le projet. Il a travaillé sur les dossiers techniques. Il a dirigé les cadres. Il est l'artificier du projet", abonde El Malick Ndiaye, un porte-parole du candidat.

"Candidat de substitution"

Mais selon des analystes, une sortie de prison de Bassirou Diomaye Faye pourrait aussi révéler les faiblesses du candidat. "Ses adversaires pourront mettre l'accent sur ses insuffisances par rapport au profil du poste", estime Maurice Soudieck Dione, politologue à l'université de Saint-Louis.

Selon Sidy Diop, directeur adjoint des rédactions du quotidien le Soleil, Bassirou Diomaye Faye n'a "ni le charisme, ni l'éloquence" d'Ousmane Sonko. Et il pourrait pâtir de son image de "candidat de substitution". "Une présidentielle, c'est une rencontre entre un homme et le peuple", assure-t-il.

Pour les deux observateurs, une libération de Ousmane Sonko pourrait en revanche "changer la donne" car il a la capacité de "drainer" et "d'électriser" les foules. "Si Ousmane Sonko s'implique dans la campagne, cela peut faire la différence", pense Maurice Soudieck Dione.

Ousmane Sonko "mobilise beaucoup, mais l'idée que l'ex-Pastef pourrait gagner l'élection au 1er tour est une chimère que rien ne permet d'étayer", affirme encore Sidy Diop, qui rappelle que l'opposition unie dans la coalition Yewwi Askan Wi avait obtenu environ 32% des voix aux législatives de 2022. Selon lui, la course électorale est très ouverte, même si Bassirou Diomaye Faye a "de très bonnes chances" d'être au second tour.

Ousmane Sonko toujours incarcéré 

Si la libération de Bassirou Diomaye Faye semble probable, le doute est plus grand pour le cas de Ousmane Sonko. À 49 ans, le leader de l'opposition est mis en cause dans différentes affaires. Sa candidature à la présidentielle a été invalidée par le Conseil constitutionnel en janvier dernier. Mettant en avant la défense du même projet, il a appelé à voter pour son camarade de lutte Bassirou Diomaye Faye, inspecteur des impôts et domaines comme lui.

Il est détenu depuis fin juillet 2023 pour "appel à l'insurrection", condamné à deux ans de prison dans une affaire de mœurs, et rendu inéligible à cause d'une condamnation définitive pour diffamation contre un ministre. Des affaires qu'il a toujours dénoncées comme des complots pour l'éliminer politiquement.

Personnalité incontournable depuis sa troisième place à la présidentielle de 2019, Ousmane Sonko est le leader naturel de sa formation. Son discours panafricaniste, souverainiste et social et ses diatribes contre le pouvoir, la corruption des élites et l'emprise exercée selon lui par l'ex-puissance coloniale française ont fait de lui une figure très populaire auprès des jeunes.

Son bras de fer avec le pouvoir entre 2021 et 2023 a déclenché des émeutes qui ont fait des dizaines de morts et conduit à des centaines d'arrestations.