Présidentielle au Sénégal : les autorités interdisent le meeting pour l'investiture de l'opposant Sonko

Prévu ce samedi à Dakar, le meeting pour l'investiture de l'opposant emprisonné Ousmane Sonko par ses partisans a été interdit par les autorités sénégalaises.

Image
foule pro sonko

Photo d'archive. Le 14 mars 2023, des partisans d'Ousmane Sonko manifestent à Dakar.

AP Photo/Sylvain Cherkaoui
Partager2 minutes de lecture

Les autorités sénégalaises ont interdit un meeting pour l'investiture de l'opposant emprisonné Ousmane Sonko à l'élection présidentielle de février 2024, prévu samedi à Dakar, a appris l'AFP vendredi de source officielle. 

Le meeting est interdit pour "menaces de troubles à l'ordre public, entrave à la libre circulation des personnes et des biens et risque d'infiltration par des personnes mal intentionnées", indique un arrêté transmis à l'AFP, signé par le préfet de Dakar Chérif Mouhamadou Blondon Ndiaye, qui a confirmé l'authenticité du document.

"Ceci n'est qu'une provocation de plus mais nous invitons les camarades et sympathisants à rester à notre écoute", a réagi sur Facebook El Malick Ndiaye, un membre de l'entourage de M. Sonko.

La candidature de Sonko déposée au Conseil constitutionnel 

Le camp de l'opposant a annoncé mardi à l'AFP, sans plus de précision, avoir déposé sa candidature au Conseil constitutionnel, malgré le refus de l'administration de lui livrer tous les documents nécessaires. Le délai courait jusqu'au 26 décembre pour la collecte des parrainages et le dépôt des candidatures.

"Le nom de la coalition de partis (coalition Sonko Président 2024) a été notifié au Conseil constitutionnel depuis le 11 décembre 2023 et le dossier de candidature (de l'opposant) déposé le 12 décembre", a indiqué un avocat de M. Sonko, Ciré Clédor Ly, également son mandataire au niveau de la juridiction, dans un communiqué transmis vendredi soir à l'AFP.

"M. Ousmane Sonko a satisfait à toutes les obligations mises à sa charge par la Constitution, la loi électorale, le règlement et les arrêtés ministériels. L'Etat du Sénégal a posé tous les actes inimaginables pour entraver le dépôt du dossier de candidature", a dit Me Ly, dans ce texte.

 

M. Sonko est le personnage central d'un bras de fer de plus de deux ans avec l'Etat qui a donné lieu à plusieurs épisodes de troubles meurtriers.

Son camp a aussi, selon un de ses responsables, déposé la candidature de Bassirou Diomaye Faye, un de ses proches lui aussi en prison.

M. Faye pourrait être une autre option du parti de M. Sonko, le Pastef (Parti des patriotes du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité) - dont les autorités ont annoncé la dissolution fin juillet - pour la présidentielle du 25 février 2024.

Condamnations et réinscription sur les listes électorales

Déclaré coupable le 1er juin de débauche de mineure et condamné à deux ans de prison ferme, M. Sonko ne s'était pas présenté au procès et a été condamné par défaut.

L'opposant de 49 ans, emprisonné depuis fin juillet sous d'autres chefs d'inculpation, dont appel à l'insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’État, dénonce ces affaires et les autres dans lesquelles il a été mis en cause comme des complots visant à l'écarter de la présidentielle.

Mi-décembre, un juge a relancé sa candidature en ordonnant sa réinscription sur les listes électorales, confirmant une décision rendue en octobre par le tribunal de Ziguinchor (Sud) qui avait été cassée par la Cour suprême. L’État a déposé un recours contre la décision prononcée mi-décembre.

Plus de 90 candidatures ont été remises au Conseil constitutionnel qui doit annoncer la liste des prétendants retenus à la présidentielle le 20 janvier.

Président depuis 2012, Macky Sall a annoncé en juillet qu'il ne briguerait pas un troisième mandat. Il a désigné Amadou Ba pour représenter la majorité sortante.