Afrique

Présidentielle en RDC : avoir 20 ans à Kinshasa, la jeunesse en lutte

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Les moins de 25 ans représentent les deux-tiers de la population en République démocratique du Congo. Certains voteront pour la première fois, ce 23 décembre, pour élire leur président. Nos équipes sont parties à la rencontre de jeunes Congolais comme Gloria Sengha, activiste et présidente de la Vici, un mouvement de vigilance citoyenne. Reportage. 

C’était le dimanche 18 novembre, Gloria Sengha et ses camarades de la Vici sortaient de prison après 17 jours de détention.  

"Nous sommes dans la joie parce que nous avons été relâchés, raconte
Gloria Sengha, présidente de la Vici (Vigilance citoyenne). Malgré que nous sommes en liberté provisoire. Nous pensons notre combat, notre cause, elle est noble. Même pas la prison, même pas la mort va nous arrêter.

Et en effet rien ne l’arrête…. Un mois plus tard, la revoilà avec ses camarades dans les rues de Kinshasa. Avec la même campagne, les mêmes mots qui l’ont pourtant envoyée derrière les barreaux.

"Ils ont passé 17 ans au pouvoir, ils n’ont rien fait! assure Gloria Sengha.
Mais aujourd’hui ils reviennent pour que vous votiez pour eux ! Peuple congolais ouvre grand tes yeux ! Que personne n’achète ta voix avec un T shirt ! Que personne ne te trompe avec 5000 francs !" 

La Vici, vigilance citoyenne. Gloria Sengha a crée le mouvement il y a 5 mois. Avec les élections générales qui approchent : présidentielle, législatives, provinciales…pas question de laisser le champ libre aux seuls politiciens 

"C’est ça notre travail ! Quand il y a des personnes qui portent des t-shirt [des candidats, ndlr] inconsciemment, le travail de la VICVI est d’éveiller la conscience. Le fait de porter ça, tu fais déjà la propagande", remarque Gloria Sengha.  
 

Des années d'activisme

Corruption,  achat de voix, des heures à essayer de convaincre, à expliquer…. mais aussi à écouter les doléances.

"Les députés que nous élisons, raconte un passant, ils ne pensent qu’à amasser de l’argent, nous, nous souffrons. Nous sommes des chefs de famille, nos enfants attendent la nourriture, mais il n y a pas du travail, que faire ? Voler ? Notre argent on va le gagner comment ? Eux ils ont leur argent. Grace à notre voix!

Tous les membres de la Vici, ont la vingtaine. Et derrière eux déjà des années d’activisme. Et plusieurs séjours en prison.

"J’ai commencé à militer à l’âge de 16 ans, nous raconte Gloria Sengha. J’ai dit à ma mère, maman tu as dansé pour Mobutu, voilà les conséquences nous les vivons aujourd’hui. Pour éviter que mes enfants me disent à leur tour, maman quand vous étiez maltraités. Maman, quand un président a fini ses mandats mais il continue à diriger, qu’avez vous fait? J’évite ça. C’est pour que ça que je lutte pour l’avenir des générations futures."

Gloria et ses camarades  ont prévu de battre le pavé chaque jour jusqu’au scrutin, prévu le 23 décembre, et même au delà. Du moins s’ils ne se font pas arrêter d’ici là. 


> A voir notre reportage complet : "Avoir 20 ans à Kinshasa, une jeunesse en lutte" (par Dominique Tchimbakala, Ousmane Ndiaye, François Coquet):
 
Chargement du lecteur...
©TV5MONDE/Dominique Tchimbakala, Ousmane Ndiaye, François Coquet