Afrique

Présidentielle en RDC : à Bukavu, les soupçons de fraude perdurent

Chargement du lecteur...

Les militants de l'UNC l'ont assuré mardi : des sacs remplis de procès verbaux et bulletins de vote du candidat Félix Tshisekedi ont été retrouvés en pleine brousse à Cidaho. Depuis, ils manifestent leur colère et leur déception, en attendant des explications. Reportage d'Amani Alimasi.

La contestation par le feu. A Bukavu ces militants de l'UNC n'ont pas admis le déroulé du scrutin chez eux. Leurs chants sont hostiles à la CENI. Et ce, depuis que certains d'entre eux ont affirmé avoir découverts des sacs remplis de bulletins et procès verbaux, jetés dans la brousse.

Nous n'avons pas pu voir ces sacs, mais sur ces images tournées mardi, les militants montraient des échantillons, et assuraient avoir vu des sacs entiers, avec des bulletins marqués Tshisekedi, leur candidat. Leur colère n'est pas retombé, comme le dit cette femme rencontrée dans l'enceinte des bureaux de l'UNC. "Nous  sommes très surpris que les bulletins soient ramassés dans la forêt, et on ne sait pas qui a fait ça. Hors on a dit que la CENI  avait la mission de nous organiser les élections pour que nos voix ne soient pas volées. Mais  aujourd’hui nous  sommes très déçus d’apprendre que les bulletins sont ramassés par ici par là."

Celui-là y voit une manipulation claire : "Ils sont en train de vouloir fabriquer d'autres résultats, et nous n'allons pas accepter. Nous allons aller au bout, jusqu'à ce que nous protégions notre élection, puisque nous avions voté pour le changement."

Le reponsable locale de la commission électorale, Gaudens Maheshe, a donc convoqué la presse ce jeudi, pour expliquer, calmer les foules... Et essayer de convaincre. "Dire que l'on a retrouvé le matériel à Cidaho ou n'importe où, ce n'est pas ce qui intéresse. Mais le matériel trouvé n'importe où, qu'on nous l'amène! Que ce ne soit pas un objet de gage!" Et il avait un  message à faire passer, aux membres des centres locaux de compilation des résultats. "Que chacun  soit sérieux à son poste et dans son rôle! Dans le cas contraire, il n'y a pas seulement nécessairement la prison, mais surtout parce que l'on doit faire le bien, l'éthique, la déontologie, liés à ce métier là."

L'endroit où les sacs auraient été retouvés se situe à 17km du bureau de vote, le collège Alfajiri, lieu inscrit au feutre sur les sacs. Ces sacs seraient-ils tombés d'un camion de la Céni, comme avancé ? Mais pourquoi alors sur une route éloignée de tout ? Les militants de Bukavu réclament encore des réponses à leurs questions.