Afrique

Présidentielle en RDC : climat électrique à Kinshasa après l'annulation d'un concert citoyen

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE/ Reportage de Dominique Tchimbakala, Joël Lumbala et Bertrand Martineau

Vendredi 21 décembre, un concert gratuit organisé par les mouvements citoyens Filimbi et Eccha est annulé au dernier moment. Organisateurs et participants en colère décident de se rendre devant la maison communale où réside le bourgmestre. Un événement qui illustre bien le climat électrique à Kinshasa depuis l'annonce du report des élections.

L’ordre d’interdire toute manifestation politique a été donné seulement trois heures avant le début du concert. Très vite après avoir appris la nouvelle, les esprits se sont échauffés.

Filimbi et Eccha, deux mouvements citoyens, préparaient ce concert depuis trois mois pour conscientiser les Congolais à l’approche des élections. Mais pour l’heure, impossible de négocier, ils sont tous expulsés manu militari : "On a le devoir de réclamer nos droits. Maintenant nous allons à la maison communale", déclare Grâce Maluki, activiste Filimbi.

Portés par l’hymne national et leur colère contre le gouverneur de la ville, Grâce et ses compagnons se rendent à pied à la commune. Cette jeune femme de 24 ans est une militante des plus déterminées du mouvement Filimbi. Mais arrivés sur place, impossible de franchir le portail d’entrée.

Finalement trois activistes sont autorisés à venir parlementer avec le bourgmestre de la commune Jean-Claude Kadima Kalondji. Une heure plus tard, escorté par sa garde, il consent enfin à livrer des explications à la foule : "La loi nous dit qu'à chaque fois qu'il y a une manifestation, l'autorité municipale de la juridiction doit être saisie. Malheureusement, la commune n'était pas au courant (de l'organisation du concert, ndlr)".

Grâce ne semble pas convaincue par les propos du maire. Mais elle repart avec ses compagnons. Ils décideront ensemble s’ils doivent entamer de nouvelles démarches.

Pour les activistes des mouvements citoyens, chaque jour à Kinshasa est un jour de lutte.