Afrique

Présidentielle en RDC : tensions à Beni après l'annonce du report partiel du scrutin

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Au lendemain de l'annonce du report de l'élection présidentielle congolaise dans deux régions, des tensions ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre ce jeudi 27 décembre à Beni. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans cette ville du Nord-Kivu, où la population ne votera pas ce dimanche 30 décembre comme prévu, mais en mars prochain, selon les informations de la Céni. 

"La route principale depuis l'entrée de la ville, jusqu'au centre-ville, est bloquée par des barrages de pierres." Alexis Huguet, notre confrère et envoyé spécial de l'Agence France Presse à Beni, constate ce jeudi 27 décembre au matin que "la population est assez énervée" en raison du report partiel de l'élection présidentielle. Des coups de feu ont été entendus entre 9 heures et 10 heures dans la ville.
 
Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Tensions à Goma

Des manifestations ont aussi eu lieu à Goma, dans l'Est du pays, comme le rapporte l'Agence France Presse. Des barricades ont été dressées dans les quartiers Majengo, Katimbo, et à l'entrée de l'université. Des grenades lacrymogènes ont été tirées par la police, qui a interpellé au moins six personnes, a constaté un correspondant de l'Agence France Presse.
Photo publiée par Radio Okapi sur son compte Twitter
Photo publiée par Radio Okapi sur son compte Twitter
© Capture Twitter

Un report "injustifiable"

 La crise autour de la succession déjà trois fois retardée du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo a repris de plus belle ce mercredi 26 décembre, à l'annonce du report partiel des élections générales dans deux régions.

Cette décision de la Céni exclut du vote prévu dimanche 1,2 million d'électeurs, principalement à Beni-Butembo. L'opposition a qualifié "d'injustifiable" ce report partiel qui met à l'écart selon elle ses bastions anti-Kabila. Martin Fayulu a quant à lui appelé à une journée morte ce vendredi :  
 

La Commission électorale nationale indépendante a officiellement reporté le scrutin pour cause d'insécurité et d'épidémie du virus Ebola.

Prévues dimanche dans tout le pays, les élections présidentielle, législatives et provinciales à Beni-Butembo et Yumbi (Ouest) sont reportées "en mars" et "feront l'objet d'un calendrier spécifique", a indiqué la Commission électorale nationale indépendante (Céni).


Dans son communiqué, la Céni confirme que les élections présidentielle, législatives et provinciales se tiendront bien ce dimanche 30 dans le reste du pays.

Prestation de serment du président élu annoncée le 18 janvier

La "publication des résultats définitifs de l'élection présidentielle" est prévue le 15 janvier. La prestation de serment du président élu est annoncée le 18 janvier, soit bien avant la date des élections dans les deux zones où elles sont reportées.

La région de Beni est touchée par une épidémie d'Ebola qui a tué 354 personnes depuis qu'elle a été déclarée le 1er août.

En outre, des tueries de civils attribuées au groupe armé des ADF ont fait  près de 1000 morts depuis octobre 2014, malgré les interventions de l'armée congolaise et des Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

La région de Yumbi dans le Mai-Ndombe vient, elle, d'être touchée par une soudaine éruption de violences à caractère communautaire depuis deux semaines. Au moins 80 personnes ont été tuées et des milliers ont fui au Congo-Brazzaville voisin.