Afrique

Présidentielle à Madagascar : dans le Sud, les électeurs souffrent de la faim

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Ce mercredi 19 décembre, Madagascar doit élire son nouveau président. A Antananarivo, les supporters des deux candidats affûtent leurs armes mais loin de là à 950 km au sud, autre préoccupation, autres espoirs pour ces familles qui souffrent d'une période de grande sécheresse.

L'heure est à la distribution de rations alimentaires et pour rien au monde ces femmes ne la rateraient. Dans la région les pluies se font très rares depuis quatre ans, les récoltes sont insuffisantes et 12% des enfants souffrent de malnutrition sévère.

"Tout le monde le sait, depuis des années, des siècles, Amboasary est dans une situation de sécheresse. Ce sont les grands décideurs internationaux et nationaux, le président avec toutes ses relations, tous les payeurs avec leur réseau qui peuvent trouver une solution", explique Annick Rakotoanosy, responsable nutrition et santé de Action internationale contre la faim (ACF) dans la région.
 

Promesses de candidats

Le candidat Andry Rajoelina a fait une apparition éclair en hélicoptère dans la région, son adversaire Marc Ravalomana a promis d'aider les paysans. Mais des promesses ne nourrissent pas.

"J'espère que le prochain président sera plus conscient de notre situation. Nous souffrons de la faim et nous avons besoin de plus d'aide alimentaire", dénonce Marie, mère d'un enfant qui bénéficie d'un programme d'alimentation scolaire.

Madagascar est le 4ème pays le plus pauvre du monde. Un paradoxe au regard des richesses de son sous-sol et de sa biodiversité inégalée, mais difficilement égalé aussi son niveau de corruption.