Afrique

Présidentielle à Madagascar : les électeurs appelés aux urnes pour le second tour

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE/ S. Roussi, L. Bellon

C'est aujourd'hui que s'est tenu le second tour de la présidentielle à Madagascar. Un peu moins de 10 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes. Objectif : départager les deux finalistes, deux ex-présidents, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. 
 

dans
Au compte goutte les électeurs malgaches ne se sont bousculé pas à l'entrée de ce bureau de vote de la capitale Antananarivo. Les bureaux ont ouvert très tôt ce mercredi qui a été déclaré chômé pour attirer les électeurs car l'un des enjeux de ce scrutin présidentiel est bien l'abstention. Elle était de 45% au premier tour. Alors à peine le bulletin mis dans l'urne les deux candidats Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont mobilisé leurs troupes. 

"Personellement je suis confiant, a assuré Andry Rajoelina, candidat à l'élection présidentielle malgache. Et je pense que le peuple malgache tranchera une bonne fois pour toute sur celui qui dirigera le pays. Donc je fais encore appel à tout le peuple malgache de venir massivement voter, et dès maintenant, parce qu'il ne faut pas attendre justement la dernière minute pour voter."

"J'espère que nous allons changer ce pays, c'est sûr, souligne de son côté Marc Ravalomanana, également candidat. Je suis confidant de faire le changement. Et avec la participation de toute la population malgache, j'espère qu'on va changer Madagascar."

Duel entre candidats ennemis

Rarement une élection présidentielle aura autant ressemblé à un duel entre ennemis. Les candidats ont tous deux été présidents de la grande île, Andry Rajoelina ayant fait chasser Marc Ravalomana du pouvoir avec l'aide de l'armée. Alors les contentieux et le goût de la revanche ont hanté cette élection.

Soupçon de fraude, campagne très généreuse à l'égard des électeurs... le climat est tendu. Et certains doutent que le perdant accepte sa défaite sans mot dire, comme Paul Rabary candidat évincé au premier tour.

"Ça va chauffer, c'est sûr et certain ! considère Paul Rabary, ancien ministre de l'Éducation et candidat à la présidence. Il y aura des maisons brûlées, parce que c'est pas l'urne, c'est pas l'élection qui va déterminer qui est le président. C'est celui qui va arriver à imposer sa victoire."

Les résultats ne seront pas connus avant la semaine prochaine. Seul espoir des Malgaches, qu'ils sortent du cycle des crises politiques et que le vainqueur pense à eux.

Résultats du 1er tour
Au premier tour, Andry Rajoelina, un ex-publicitaire et disc-jockey de 44 ans, avait viré en tête avec 39,23% des voix. Marc Ravalomanana, 69 ans, qui a fait fortune à la tête d'un groupe laitier, le talonnait avec 35,35%.