Afrique

Présidentielle à Madagascar : manifestations et colère des partisans de Marc Ravalomanana

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / L. Bureau, A. Ageneau

Des milliers de personnes ont voulu manifester à Antananarive pour dénoncer des fraudes lors du scrutin. Un rassemblement dispersé à coups de gaz lacrymogènes. Colère et désarroi des partisans de Marc Ravalomanana, candidat malheureux à la présidentielle de Madagascar.

Ils voulaient se rendre à l'hôtel de ville avant d'être dispersés par les forces de l'ordre. Pour la deuxième fois depuis l'annonce des résultats officiels, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues.
  Ils sont venus protester contre un scrutin qu'ils estiment entaché de fraudes. "Ce n'est pas le choix des Malgaches qui est sorti, assure un manifestant. Il y a eu de la corruption à grande échelle. Il y a de l'argent qui a été utilisé alors que les Malgaches ne devraient pas être achetés."

Un autre manifestant raconte : "Il faut vraiment que la vérité sorte car la population malgache souffre. Tout est corruption ici, que ce soit quand tu passes un examen, peu importe ce qu'on fait, il y a toujours de la corruption. Faites éclater la vérité !"

Un recomptage demandé

D'après la commission éléctorale, Andry Rajoelina l'emporterait avec 55% des suffrages contre 44% pour son rival, l'ancien président Marc Ravalomanana. Mais pour l'opposition, pas question de s'en tenir à ces résultats.

Après l'affrontement dans les urnes, la présidentielle malgache se joue désormais sur le terrain juridique. Marc Ravalomanana demande un recomptage des voix par la Haute cour constitutionnelle. 

"Nous sommes ici pour chercher la justice, assure Hanitra Razafimanantsoa, porte-parole de Marc Ravalomanana, députée TIM. C'est la raison de notre venue aujourd'hui. Toi, moi, nous tous, nous savons pour qui on a voté. Même ceux qui n'ont pas voté pour le candidat n°25 mais qui savent qu'il y a eu des voix volées, venez renforcer nos rangs". 

Si la Haute cour constitutionnelle accepte le recours, elle disposera alors de neuf jours pour valider ou infirmer les résultats.