Qui sont les trois nouveaux cardinaux africains créés par le pape François ?

Stephen Ameyu, archèveque de Juba au Soudan du Sud a été créé cardinal par le pape François. Le Sud-Africain Stephen Brislin, archevêque du Cap, figure aussi parmi les 21 prochains cardinaux, tout comme l’évêque coadjuteur du diocèse de Tabora en Tanzanie qui travailla plusieurs années à la Curie romaine. Retour sur les parcours de ces trois prélats africains.

Image
Cardinaux africains

Mgr Protase Rugambwa  (à gauche), Mgr Stephen Ameyu  (au centre) et Mgr Stephen Brislin (à droite) parmi les 21 cardinaux créés par le pape François.

Partager2 minutes de lecture

Stephen Ameyu, l'archevêque de Juba, capitale du Soudan du Sud.

Le prélat de 59 ans est archevêque de Juba depuis 2019. Il participera donc à l'élection du prochain pape. Le Sud-Soudanais est récompensé par le pape François pour son engagement pour la paix dans son pays. L'engagement religieux de Stephen Ameyu commence en 1991 lors de la seconde guerre civile soudanaise (1983-2005), conflit qui se conclut alors avec l'indépendance du Soudan du Sud. Il devient prêtre à Torit, la capitale de sa région natale, l’Equatoria Orientale. Il se rend ensuite à Rome pour devenir docteur en théologie.

Le titre de sa thèse s'intitule "dialogue religieux et de la réconciliation au Soudan". Il se rend ensuite à Juba où il enseigne la théologie. Devenu archevêque de Juba, il prône la réconciliation lorsque le jeune Etat du Soudan du Sud est frappé par la guerre civile entre les camps de Salva Kiir et Riek Machar. Lors de la Sainte messe célébrée par le pape en 2023 au Mausolée de John Garang (père de l'indépendance du Soudan du Sud) face au président Salva Kiir et à son rival Riek Machar, Stephen Ameyu dénonce les atrocités commises contre les civils sud-soudanais par les deux camps.

Le Sud-Africain Stephen Brislin, archevêque du Cap

Né en 1956 à Welkom en Afrique du Sud d'une famille d'origine irlandaise. L'homme est ordonné prête en 1983. Il suit une partie de ses études théologiques en Belgique. Il revient ensuite en Afrique du Sud. Le 18 décembre 2009 il est nommé archevêque du Cap. Stephen Brislin est connu en Afrique du Sud pour son engagement social. L’Église doit s'inscrire dans le corps social et ne pas hésiter à soutenir les revendications sociales. Ce fut le cas en 2014.

Sous son impulsion l’Église catholique sud-africaine soutient un recours collectif en justice contre les compagnies minières du pays au nom des mineurs de charbon atteints de maladies pulmonaires. Elle décide même de porter plainte au nom de certains mineurs. La procédure vise à obtenir des réparations pour les mineurs qui ont travaillé pour ces entreprises depuis 1965 et contracté une maladie liée à leur activité, ainsi que pour les familles de ceux qui en sont morts. Ces mineurs sont noirs. 

Sur le plan politique face aux nombreuses crises qui frappent l'ANC et au contexte politique difficile en Afrique du Sud, il lance un appel demandant  la convocation du Parlement sud-africain pour préserver la démocratie et la paix sociale dans le pays.

Protase Rugambwa, 63 ans, archevêque coadjuteur (auxiliaire) à de Tabora en Tanzanie

Né en 1960, Protase Rugambwa est ordonné prêtre en 1990 dans un pays où les musulmans représentent un peu plus de 35% de la population. Il rejoint Rome pour étudier la théologie à l'université pontificale de Latran. Il intègre la Curie, l'administration et le gouvernement du Vatican. Il travaille sous les pontificats de Jean-Paul II et de Benoit XVI pour la Congrégation pour l'évangélisation des peuples au sein du Vatican. L'organisme est chargé de travailler pour le développement de l’Église catholique là où la chrétienté est minoritaire. Il revient en Tanzanie en 2008. Le pape le nomme évêque de Kigoma en Tanzanie. Quatre ans plus tard, Benoit XVI le nomme secrétaire adjoint de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Il en devient le secrétaire en 2017. Il garde de fait des fonctions à Rome lorsqu'il est nommé archevêque coadjuteur de Tabora.