Afrique

RD Congo : cinq mois d'état de siège à l'est sans "effet positif visible"

Des soldats congolais sur la scène d'une attaque des rebelles ADF près de Oicha dans le Nord-Kivu qui aurait fait au moins 16 tués, 23 juillet 2021.
Des soldats congolais sur la scène d'une attaque des rebelles ADF près de Oicha dans le Nord-Kivu qui aurait fait au moins 16 tués, 23 juillet 2021.
AP

L'état de siège instauré depuis le mois de mai dans les provinces d'Ituri et du Nord-Kivu n'ont pas produit "d'effet positif visible", selon un rapport d'experts du Baromètre sécuritaire du Kivu. L'est de la République Démocratique du Congo continue de subir des violences meurtrières de groupes armées. 

Cinq mois d'état de siège dans deux provinces de l'est de la RDC n'ont pas produit "d'effet positif visible", selon le rapport mensuel d'un groupe d'experts publié dimanche, qui relève une "nette" augmentation des violences en septembre après une "baisse notable" en août.

Le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST, Kivu security tracker) a enregistré dans ces régions, en proie aux violences de groupes armés depuis plus d'un quart de siècle, 198 meurtres en septembre, en hausse de 19% sur un mois.

L'Ituri a été la province la plus touchée par ces violences

Rapport du Baromètre sécuritaire du Kivu

"L'Ituri a été la province la plus touchée par ces violences", précise le KST, initiative conjointe du Groupe d'étude sur le Congo (GEC), rattaché à l'Université de New York, et de l'ONG américaine Human Rights Watch.

Sur le territoire d'Irumu, "le nombre de civils tués a atteint un record depuis avril", avec notamment un massacre de 30 personnes perpétré le 3 septembre par les Forces démocratiques alliées (ADF).

(Re)lire : RD Congo : qui sont les rebelles ougandais ADF, liés à l'organisation Etat islamique ?

Les rebelles ougandais des ADF, le plus meutrier des groupes armés

Les ADF, à l'origine des rebelles ougandais majoritairement musulmans, désormais présentés par le groupe Etat islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale, sont devenus le plus meurtrier des groupes armés sévissant dans l'est de la RDC.

Dans la province voisine du Nord-Kivu, "la relative accalmie des mois précédents, permise par une stratégie diplomatique des autorités militaires, semble s'essouffler: le nombre de redditions est en baisse et les violences sont reparties à la hausse", constate encore le KST.

Plus au sud, au Sud-Kivu, province non soumise à l'état de siège, les Forces armées de RDC ont poursuivi "leur traque des groupes armés avec un certain succès", estime-t-il. Cependant, "des appels à la haine ont encore été lancés contre" les Banyamulenge, Tutsi congolais aux lointaines origines rwandaises.

(Re)lire : RDC : à l’est, le Sud-Kivu peut-il basculer dans une violence incontrôlable ?

Faisant le bilan du 3e trimestre, le KST considère que "la comparaison avec le trimestre précédent ne permet pas de conclure à une efficacité de l'état de siège instauré en Ituri et dans le Nord-Kivu". "Le nombre de civils tués y est resté remarquablement stable (546 au 3e trimestre, contre 566 au 2e), de même que le nombre d'enlèvements (280 contre 273)".

RDC : l'état de siège dans l'est va "entretenir l'idée qu'il pourrait y avoir une solution purement militaire"

Chargement du lecteur...

Par ailleurs, Radio France Internationale a révélé ce week-end le contenu d'un rapport d'une commission parlementaire congolaise présenté fin septembre aux députés, épinglant dérapages, violations des droits de l'homme et faits de corruption de magistrats militaires dans le cadre de l'état de siège.

"En plus de problèmes financiers et logistiques, doublés d'insuffisances des troupes sur le terrain, le rapport fait état de 156 cas d'extorsions, plusieurs cas de viols et des arrestations arbitraires", précise RFI.

Dans les deux provinces placées début mai sous état de siège, les autorités civiles ont été remplacées par des officiers militaires et policiers.

Voir aussi : 

RDC : l'état de siège dans le Nord-Kivu et en Ituri débute dans la confusion

Guerres du Congo : après 27 ans de crimes, l'indispensable lutte contre l'impunité en RDC

Scandale d'abus sexuels en RDC : l'OMS présente ses excuses et limoge plusieurs employés