RD Congo : jusqu'où va l'influence de l'Église catholique dans le jeu politique ?

En République démocratique du Congo, l'Église catholique est un médiateur. Elle n'hésite pas à troquer ce rôle contre celui d'acteur politique voir d'"activiste", lorsque la démocratie n'est pas respectée par la classe dirigeante. Cette implication politique fait de l'épiscopat une figure puissante dans le Congo d'aujourd'hui, où vivent 45 millions de catholiques. 
Image
rdc
Photo d'archive, mercredi 21 décembre 2016
Des prêtres catholiques congolais arrivent pour une réunion à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Les médiateurs exhortaient alors le président congolais et les partis d'opposition à parvenir à un accord sur un règlement pacifique de la crise politique secouant le pays. Encore aujourd'hui, l'épiscopat congolais est une figure puissante et influente auprès de la classe politique et des Congolais. 
AP Photo/John Bompengo
Partager8 minutes de lecture


Si pendant la période coloniale, l’Église catholique était un partenaire du gouvernement colonial, elle est, depuis la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui, un acteur clef de la vie publique en RDC. Cet « activisme », est un fait rarement vu dans d’autres pays, explique Trésor Kibangula, analyste politique à Ebuteli, Institut de recherche congolais sur la politique, la gouvernance et la violence. 

« L’Église catholique du Congo a toujours eu un rôle un peu central dans le jeu politique en République démocratique du Congo. Cela ne date pas d’aujourd’hui, elle avait déjà joué un rôle fondamental dans le système politique du Congo, avant la colonisation. Il y a une influence toujours maintenue depuis des décennies. » 

(Re)voir : RDC : les églises du Réveil attirent les catholiques

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Un acteur politique ?

L’année 2017 illustre bien l’implication et l’influence de l’Église catholique auprès de la population congolaise. Le 31 décembre 2016, l’Église parvient à faire signer à l’opposition et au gouvernement un accord politique. Il permet à Joseph Kabila (2001-2019), président de l’époque, de rester en fonction, à condition que des élections soient organisées avant la fin de l’année 2017. 


À partir du jour où l’on aura des gouvernants qui s’occuperont bien de la population, l’Église se manifestera de moins en moins sur les questions socio-politiques.Donatien N’shole, évêque, secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)

Cet accord dit de la Saint-Sylvestre n’est pas respecté par le gouvernement. Du rôle de médiateur, l’Église devient alors acteur politique. La CENCO, la Conférence épiscopale nationale du Congo, rassemblant tous les religieux occupant une fonction dans l'Église, appelle les Congolais à la contestation en publiant un communiqué le 23 juin 2017 : « Nous vous le demandons instamment : il ne faut céder ni à la peur ni au fatalisme. Une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie de millions de Congolais. C'est inacceptable ! Nous devons prendre en main notre destin commun », rappelle un rapport paru fin 2022 du Groupe Étude sur le Gongo (le GEC), Ebuteli, intitulé « L’Église catholique en RDC, au milieu du village ou au coeur de la contestation ? ».

Le 31 décembre 2017 puis le 21 janvier et le 25 février 2018, à l'initiative de l'Église, trois grandes marches sont organisées pour appeler à de nouvelles élections et demander la fin du mandat de Joseph Kabila.

« Lors de chaque manifestation, des dizaines de milliers - peut-être des centaines de milliers lors de la deuxième marche - de personnes descendent dans les rues. On peut voir des images émouvantes de prêtres pieds nus marchant devant des milliers d'hommes et de femmes en habits du dimanche », raconte le rapport. 

« Ces manifestations, ainsi que d'autres organisées par des mouvements sociaux comme LUCHA, mettent la pression sur le gouvernement et contribuent très probablement à empêcher de nouveaux retards dans la tenue des élections.»

En décembre 2018, des élections ont finalement lieu. Leur résultat est contesté par l’Église, qui finit tout de même par reconnaître Félix Tsishekedi vainqueur.

(Re)lire : "Les droits de l’Homme c’est ma priorité", Félix Tshisekedi, président de la RDC 

Jusqu'à aujourd'hui, le rayonnement de l'Église sur la classe politique et sur les Congolais reste inchangé.  

« La population comprend les soucis de l’Église, elle est consciente que quand l’Église prend position, c’est pour son bien-être, cela justifie son influence », explique Donatien N’shole, évêque, secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

« Le souci de l’Église est le bien-être de la population. À partir du jour où l’on aura des gouvernants qui s’occuperont bien de la population, l’Église se manifestera de moins en moins sur les questions socio-politiques », souligne-t-il. 

Récemment, le 4 décembre 2022, l’épiscopat congolais invitait les fidèles à participer à une marche pacifique pour protester contre l’insécurité à l’est du pays, avec la résurgence du M23 et contre le morcellement de la RDC. L’appel aux fidèles, intitulé « L’heure est grave. Notre pays est en danger », rassemblera aussi bien des catholiques que des croyants d’autres confessions religieuses, ainsi que des autorités politiques et administratives. 

n shole
Le père Donatien Nshole, secrétaire général de la Conférence nationale épiscopale congolaise (CENCO), lors d'un briefing à Kinshasa, le jeudi 10 janvier 2019. L'église catholique congolaise déclare alors que les résultats officiels de l'élection présidentielle ne concordent pas avec les résultats compilés par ses 40 000 observateurs.
AP Photo/Jérôme Delay

Une puissance économique et foncière 

L’influence de l’Église catholique s’est consolidée lorsque le roi Léopold II, propriétaire du Congo lorsqu’il n’était pas indépendant, cède en 1909 le territoire au royaume de Belgique. « La Belgique a accordé beaucoup de subventions à l’Église catholique pour faire des écoles et aménager le système de santé», continue Trésor Kibangula de l'institut de recherche congolais sur la politique, la gouvernance et la violence.  

Aujourd’hui, l’Église catholique est l’un des plus grands propriétaires fonciers du pays. À elle seule, elle dispose de 45% des établissements de santé du pays et 30% des écoles.

« Il y a des endroits en RDC où les services de santé ne sont proposés que par l’Église, confirme Donatien N’shole. Elle est vue comme une structure sanitaire pour la population. La qualité de l’enseignement y est généralement reconnue. Tout cela justifie une certaine ascendance morale de l’Église », continue Donatien N’shole. 

L’Église bénéficie d’importantes exonérations fiscales sur ses établissements et d’autres entreprises qu’elle possède à travers le pays, selon le rapport du Groupe d'étude sur le Congo et d'Ebuteli. Selon le témoignage d’un prêtre interrogé, ces possessions foncières et ces avantages fiscaux invitent l’Église à une certaine mesure ou prudence dans ses prises de positions. « Le fait que l'Église a des choses à protéger - des terres, des écoles - signifie qu'elle a une aversion au risque ».

(Re)voir : RDC : Kinshasa dans la fièvre de l'arrivée du pape

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Un « activisme » réservé aux droits politiques et à la démocratie ? 

Trésor Kibangula observe que l’implication et la vigilance de l’Église en RDC n’est pas la même selon les dossiers. Là où l’Église semble être un garde fou sur les questions des droits politiques et de la démocratie, il n’en serait pas de même pour les questions de droits sociaux, de l’accès à l’eau, de la bonne gouvernance et de la corruption à la tête de l’État. 

« C’est dommage, car avec l’ancrage national et l’influence politique qu’elle a aujourd’hui,  l’Église peut faire bouger les lignes et mettre une pression suffisante aux pouvoirs publics pour qu’ils modifient leur gouvernance. Bien sûr, les évêques publient des communiqués pour demander la bonne gouvernance et la fin de la guerre à l’Est. Mais les communiqués ne suffisent pas. »

Pour Donation N’shole, la mission de l’Église n’est pas « politique ».  Il affirme en outre qu'elle s'est investie.  

« Les évêques apprécient chaque fois la teneur de la crise. Ils ont invité les gens dans la rue par rapport à la situation de l’Est qui est dramatique. Mais il ne faudra pas que les évêques invitent à chaque fois les Congolais à manifester, sinon ils ne seront plus écoutés », explique le secrétaire général de la CENCO. Il affirme que l’Église s’est investie dans de nombreux diocèses pour amener l’eau à la population et pour « compenser le travail que l’État devrait faire ». 

« L’Église ne s’est jamais empêchée d’interpeller l’État de façon générale. Des interpellations globales impliquent tous ces sujets (accès à l’eau, à l’électricité et aux soins de santé ndlr) », conclut-il. 

Une autre critique émane du rapport du GEC et Ebuteli, notamment un manque de transparence, concernant les affaires financières de l'Église. 

« (…) Le président Tshisekedi a agi comme son prédécesseur, offrant des 4x4 à de nombreux évêques - au moins dix évêques, dont le cardinal Ambongo, ont reçu ces véhicules directement de la présidence, parfois accompagnés de cadeaux en espèces. Ce type de patronage, bien que coutumier depuis l'époque de Mobutu au moins, soulève des doutes quant à l'indépendance politique des évêques et renforce les soupçons de corruption au sein de l’Église. »

L'Église n'a pas répondu sur ce point. 

(Re)voir : RD Congo : qui sont les rebelles du M23 ?

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...


 On a senti tout de suite une politisation de cette visite.
Trésor Kibungula, analyste politique à Ebuteli, Institut de recherche congolais sur la politique, la gouvernance et la violence

Le pape en visite en RDC 

Le 31 janvier, le pape arrivera en RDC pour une visite qui avait été reportée une première fois pour raisons de santé. Sa prise de parole est attendue par les Congolais, dans un contexte électoral tendu et avec le conflit rongeant l’est du pays, qui souffre de la résurgence du mouvement armé des rebelles du M23. 

(Re)lire : Le pape François veut se rendre en RDC et au Soudan du Sud début février 2023

Le pape prendra-t-il position sur le contentieux opposant la RDC au Rwanda, alors qu’en décembre 2022, l’ONU confirmait l’implication de Kigali aux cotés du M23 ? 

« L’Église catholique en RDC a déjà dénoncé quelques fois le soutien de Kigali aux rebelles. Peut-être le pape suivra-t-il ce point de vue, ou alors il restera plus diplomatique, pour ne pas froisser les esprits à Kigali… Nous verrons », commente Trésor Kibangula.  

« Je ne sais pas jusqu’où il va aller au sujet de ce conflit-là, mais ça ne me surprendrait pas qu’il dise un mot pour interpeller les uns et les autres », note de son côté le secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Donatien N’shole. 

Reste que la visite papale fait l’objet d’une instrumentalisation par la classe politique en RDC. 

« On a senti tout de suite une politisation de cette visite. Beaucoup de cadres de la majorité présidentielle de Félix Tsishekedi, notamment le vice-président de l’Assemblée nationale, se sont avancés pour dire que cette venue confirmera le soutien de tous les catholiques au président de la République qui se présente en 2023 », observe le chercheur Trésor Kibangula. 

Preuve, s'il en est, que pour la classe dirigeante congolaise d’aujourd’hui, l’Église fait toujours autorité. 


(Re)voir : RD Congo : l'Église se mobilise pour les élections
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...