Afrique

RD Congo : le ministère de l'Enseignement accusé du détournement de 400 000 dollars

Jules Alingete, le chef de l'Inspectiçon générale des Finances de la République Démocratique du Congo
Jules Alingete, le chef de l'Inspectiçon générale des Finances de la République Démocratique du Congo
(site Internet de l'IGF de RD Congo)
Jules Alingete, le chef de l'Inspectiçon générale des Finances de la République Démocratique du Congo

A Kinshasa, l'Inspection générale des finances (IGF) accuse le ministère de l'Enseignement primaire, secondaire et technique congolais (EPST) d'avoir détourné 400 000 dollars de fonds publics destinés à l'organisation premier championnat de football scolaire d'Afrique.

Le ministère de l'enseignement primaire congolais a été épinglé par l'Inspection générale des finances (IGF) qui l'accuse d'avoir détourné près de 400.000 dollars alloué à l'organisation du premier championnat de football scolaire d'Afrique en République démocratique du Congo, a-t-on appris samedi.

Pour cette compétition scolaire initiée par la Fédération internationale de football association (Fifa) et organisée à Kinshasa, l'Etat congolais a apporté un financement de plus d'un million de dollars. Sur ce montant, le ministère de l'Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) a reçu 400.000 dollars pour contribuer à l'organisation de l'évènement.

sur un prétendu paiement de 120.000 dollars à Transco (entreprise publique de transport en commun) pour la location des bus, rien que 16.000 ont été effectivement remis à ce transporteur

Jules Alingete, chef de l'IGF

Malheureusement, "les inspecteurs des finances ont découvert" notamment "que sur un prétendu paiement de 120.000 dollars à Transco (entreprise publique de transport en commun) pour la location des bus, rien que 16.000 ont été effectivement remis à ce transporteur", a dénoncé Jules Alingete, chef de l'IGF.

Pour des impressions sur des T-shirts destinés à des élèves de Kinshasa invités à suivre les matchs dans le plus grand stade du pays, "les factures présentées ont été multipliées par dix par des agents du ministère de l'EPST", a encore dénoncé M. Alingete.
En outre, M. Alingete a déclaré avoir constaté que "certaines personnes continuent à être des récidivistes". "Elles continuent à être accro à des actes décriés par la population congolaise, à savoir la prédation", a-t-il ajouté, soulignant avoir transmis le dossier au parquet pour des poursuites judiciaires.

Le ministère dénonce "l'acharnement" du chef de l'IGF

En 2021, l'IGF avait déjà accusé le ministère de l'EPST d'avoir tenté de détourner 16 millions de dollars.
Le chef de l'IGF a un "agenda caché" contre le ministre de l'EPST et la politique de la gratuité de l'enseignement primaire du président Félix Tshisekedi, a réagi dans une lettre Eddy Mwanzo, directeur de cabinet du ministre de l'EPST.

(Re)voir : RDC : l'école, toujours démunie malgré la réforme | TV5MONDE

Les "propos imprudents et incompréhensibles manifestent clairement l'acharnement et le manque d'objectivité qui caractérisent votre enquête en cours dont les conclusions seront à coup sûr biaisées", a-t-il ajouté en faisant allusion au chef de l'IGF tout en annonçant son intention de saisir la justice.

Le président Tshisekedi avait placé la lutte contre les détournements des fonds publics et la corruption comme une des priorités de son mandat entamé en janvier 2019.
Son directeur de cabinet Vital Kamerhe avait été condamné à 13 ans de prison. Actuellement, il bénéficie d'une liberté provisoire et suit des soins médicaux en Europe. 
La RDC occupe la 169ème place sur 180 pays dans le classement 2021 de Transparency international. La majorité de la population de ce géant d'Afrique centrale vit avec moins de 1,90 dollar par jour.

(Re)lire : "Les droits de l'Homme c'est ma priorité", Félix Tshisekedi, président de la RDC

(Re)lire : RDC : Vital Kamerhe, condamné à "20 ans de travaux forcés dans un procès anti-corruption