Afrique

RDC : 11 civils et 3 soldats tués dans une attaque des ADF en Ituri

Province de l'Ituri (capture d'écran TV5 Monde)
Province de l'Ituri (capture d'écran TV5 Monde)

Au moins onze civils et trois soldats ont été tués ce dimanche 14 février dans une attaque attribuée au groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) en Ituri, dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo, selon l'armée qui affirme avoir tué quatre assaillants.

Les Forces démocratiques alliées (ADF) ont fait incursion dans la localité de Ndalya et "ont tué au moins onze personnes". Dans les combats qui ont suivi, "trois éléments des forces armées sont tombés" tandis que l'armée a "neutralisé quatre éléments ADF", a déclaré à l'AFP le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l'armée dans la province de l'Ituri.

"L'ennemi s'est retiré dans la brousse, nous continuons à le poursuivre pour que nous puissions mettre notre population hors du danger", a-t-il ajouté.

La localité de Ndalya est située dans la chefferie de Walese Vonkutu, dans le territoire d'Irumu, à une centaine de km de Bunia, chef-lieu de la province de l'Ituri.

Les ADF sont à l'origine des rebelles musulmans ougandais, installés dans l'Est de la RDC depuis 1995. Ils n'attaquent plus l'Ouganda voisin depuis des années, mais commettent régulièrement des massacres depuis octobre 2014 dans la région de Beni, lesquels ont fait plus d'un millier de morts.

Ces combattants sont considérés actuellement comme les plus violents dans le territoire de Beni. Leurs attaques touchent depuis quelques mois les territoires voisins d'Irumu et Mambassa dans la province de l'Ituri.

(RE)voir : RDC : près de 15 000 déplacés internes
 

Chargement du lecteur...

Après quelques semaines de relative accalmie, des attaques attribuées aux ADF ont repris dans les territoires de Beni et d'Irumu.

Entre juillet et décembre 2020, des attaques attribuées aux combattants ADF ont fait "468 (...) tués dont 108 femmes et 15 enfants" dans les territoires de Beni, Irumu et Mambassa, selon un récent rapport du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme.

Dans le territoire de Beni, l'armée a lancé, fin octobre 2019, des opérations d'"envergure" avec pour objectif de mettre fin à l'activisme des ADF dans la région. Les forces gouvernementales avaient ensuite affirmé avoir délogé les ADF de tous les sanctuaires qu'ils occupaient.

Les combattants ADF opèrent désormais en "petits groupes mobiles", ont affirmé des experts des Nations unies dans un rapport adressé au Conseil de sécurité en décembre.

(RE)voir : Violences dans l'est de la RDC : "Nous explorons des pistes judiciaires" assure Gilbert Kankondé, ministre de l'Intérieur congolais
 

Chargement du lecteur...