RDC : des tonnes de cuivre et de cobalt s'accumulent, sous fond de désaccords avec la Chine

Un stock géant de cuivre et de cobalt, d'une valeur estimée à 2 milliards de dollars, s'est accumulé en République démocratique du Congo (RDC). La situation illustre les aléas du marché des métaux considérés comme essentiels à la révolution énergétique.
 

Image
Un homme entre dans une mine de cobalt, en RDC

Un homme pénètre dans un tunnel creusé à l'aide de pelles dans la mine de cobalt de Shinkolobwe, à 35 km de la ville de Likasi, en République démocratique du Congo (RDC).

ASSOCIATED PRESS
Partager2 minutes de lecture

Les dizaines de milliers de tonnes de cathodes de cuivre et de poudre de cobalt s'entassent dans l'immense mine de Tenke Fungurume, dans le sud-est de la RDC. La quantité de cobalt est estimée à elle seule à 13.000 tonnes, ce qui représente environ 7% de la production mondiale de l'année dernière.

Le manque à gagner pour le Trésor congolais est évident
Un expert de l'exploitation minière en RDC

Les produits ont été bloqués là pendant plus de neuf mois, en raison d'un différend sur les redevances entre le groupe chinois CMOC, propriétaire à 80% de la mine, et son partenaire congolais de co-entreprise, la société minière publique Gécamines.

L'affaire coïncide avec la volonté affirmée de la RDC de renégocier des contrats qu'elle juge à son désavantage. Le président, Félix Tshisekedi, s'est ainsi rendu en Chine fin mai pour discuter, entre autres, des contrats miniers chinois.

De juillet 2022 à avril dernier, une interdiction d'exporter a frappé Tenke Fungurume, deuxième plus grande mine de cobalt au monde avec une production mensuelle de quelque 20 000 tonnes de cuivre et 1 500 tonnes de cobalt, selon les chiffres de l'entreprise.

Les quantités sont "stupéfiantes", estime sous couvert d'anonymat un expert de l'exploitation minière en RDC. "Il s'agit de neuf mois de production qui reposent juste là, sur le sol. Le manque à gagner pour le Trésor congolais est évident", dit-il.
La valeur des stocks concernés est estimée à quelque 1,5 milliard de dollars pour le cuivre, 340 million de dollars pour le cobalt.

Pression sur les prix

Un accord ayant été trouvé en avril et l'interdiction d'exporter levée, CMOC a commencé à évacuer son énorme réserve.

Une libération brutale du cobalt pourrait provoquer un effondrement du marché, où les prix sont déjà au plus bas. Mais la décision d'écouler petit à petit le produit a dissipé les craintes initiales que la reprise des ventes de Tenke Fungurume n'entraîne des turbulences.

"Le prix du cobalt n'est pas affecté", assure Zhou Jun, vice-président de CMOC et directeur de la mine. La plus grande partie du cobalt sera vendue peu à peu, dans le cadre de contrats d'approvisionnement à long terme, explique-t-il.
Harry Fisher, analyste chez Benchmark Mineral Intelligence, juge lui aussi peu probable que le prix du cobalt baisse davantage. Mais les stocks pourraient prolonger la période de prix bas, selon lui.

Les cours du cobalt ont chuté de 65% par rapport au mois de mai 2022, passant d'environ 40 à 14 dollars la livre, selon Fastmarkets, une société d'information sur les prix.

Concernant le cuivre, la production mondiale s'élevant à des millions de tonnes par an, le stock ne devrait pas faire chuter les prix.

Vincent Zhou, porte-parole de CMOC, précise que 57.000 tonnes de cuivre ont quitté Tenke Fungurume en mai et confirme que le cobalt partira progressivement, "en fonction de la demande du marché".

Lors de la visite de l'AFP à la mine, des camions chargés de cuivre quittaient le site, mais il y avait peu de signe de sortie du cobalt.

Défi logistique

CMOC est néanmoins confronté à un défi de taille en ce qui concerne l'écoulement des stocks.

D'interminables rangées de sacs de poudre d'hydroxyde de cobalt s'alignent sur le site de la mine, à côté de piles de cathodes de cuivre qui prennent la poussière.

L'analyste Harry Fisher pense qu'il pourrait falloir jusqu'à dix mois pour liquider les stocks, un "défi logistique" selon lui.

Pour évacuer le minerai, une route mène vers les ports de l'océan Indien tels que Durban ou Dar es Salaam. Mais il n'y en a qu'une et elle est jalonnée de péages, fréquemment ciblée par les voleurs et sujette à de gros embouteillages.

Le contenu de l'accord trouvé en avril entre CMOC et la Gécamines n'a pas été rendu public.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Le vice-président de la société chinoise compare le différend à une simple dispute dans "un couple qui se chamaille".

L'expert minier anonyme suggère quant à lui que la querelle a finalement été réglée parce que Kinshasa avait besoin de fonds en vue de l'élection présidentielle de décembre prochain.

Selon lui, l'interdiction d'exportation n'a en tout cas profité à personne. "Ils perdent tous de l'argent", dit-il.

Cette affaire illustre le coût des litiges commerciaux dans l'industrie minière congolaise.

La RDC est le plus grand producteur minier d'Afrique et fournit plus de 70% du cobalt mondial, métal crucial pour les batteries utilisées dans l'électronique et les voitures électriques.

Le pays, dont les deux tiers des quelque 100 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté, dépend fortement de son secteur minier.

Sollicitée pour un commentaire, la Gécamines n'a pas répondu.

L'AFP a visité la mine de Tenke Fungurume dans le cadre d'un voyage organisé par l'Institut du cobalt, un groupe de pression.