RDC et Afrique du Sud devraient signer un accord de sécurité

Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, annonce ce 6 juillet qu'il envisageait de signer un accord de sécurité avec l'Afrique du Sud. L'est du pays est en proie à de nombreux groupes armés, dont la rébellion du M23.
 

Image
Cyril Ramaphosa et Félix Tshisekedi à Kinshasa ce 6 juillet 2023. 

Cyril Ramaphosa et Félix Tshisekedi à Kinshasa ce 6 juillet 2023. 

© Présidence de la République démocratique du Congo via twitter
Partager1 minute de lecture

"Nous envisageons un accord bilatéral Afrique du Sud - RDC" sur la sécurité, a déclaré le président Tshisekedi. "On en saura plus dans les jours ou les semaines à venir, parce qu'évidemment, ce sont des décisions qui doivent se baser sur des législations émanant de nos parlements respectifs", a-t-il ajouté.

Tweet URL

Cet accord bilatéral s'ajouterait à ceux conclus au niveau de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), dont sont membres la RDC et l'Afrique du Sud, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à Kinshasa avec son homologue sud-africain Cyril Ramaphosa.

En mai dernier, la SADC, qui regroupe 16 pays, avait promis d'envoyer des troupes dans l'est de la RDC, sans toutefois préciser de date ni leur nombre.

De son côté, Cyril Ramaphosa a promis de continuer à aider la RDC à lutter contre l'insécurité et la pauvreté.
"Nous sommes disposés, préparés et toujours prêts à soutenir la RDC, comme nous l'avons fait dans le passé et nous continuerons à le faire", a-t-il déclaré. "Nous allons également renforcer cette relation en concluant un accord bilatéral sur la sécurité et la défense", a ajouté le dirigeant sud-africain.

Des groupes armés sévissent dans l'est de la RDC depuis près de trois décennies, héritage des guerres régionales qui ont éclaté dans les années 1990-2000.

Parmi eux, la rébellion majoritairement tutsi du M23 (pour "Mouvement du 23 mars") a repris les armes fin 2021 et s'est emparée de larges pans de territoire dans la province du Nord-Kivu, provoquant le déplacement d'environ un million de personnes.

La RDC accuse son voisin rwandais de soutenir cette rébellion, ce qu'ont notamment corroboré des experts de l'ONU, bien que Kigali s'en défende.

Le 6 juillet, Félix Tshisekedi a dit qu'il n'était pas opposé au dialogue pour mettre fin au conflit, mais qu'il refusait de parler aux "pantins" du M23.

-4.3217055, 15.3125974