Afrique

RDC : la Belgique remet une relique de Patrice Lumumba à sa famille

Le Premier ministre Patrice Lumumba le 24 juillet 1960 aà son arrivée à New Yorko pour un discours à l'ONU. Il sera assassiné en janvier 1961 .
Le Premier ministre Patrice Lumumba le 24 juillet 1960 aà son arrivée à New Yorko pour un discours à l'ONU. Il sera assassiné en janvier 1961 .
AP/ Archives

Le chef du parquet fédéral belge Frédéric Van Leeuw a remis lundi à Bruxelles à la famille de Patrice Lumumba un coffret contenant une dent du héros congolais assassiné en 1961. Le Premier ministre belge Alexander De Croo a renouvelé lundi les "excuses" de la Belgique pour la responsabilité de certains dirigeants et fonctionnaires de l'ex-puissance coloniale dans l'assassinat du héros congolais de l'indépendance.

"Je vous remercie pour les démarches judiciaires que vous avez entreprises parce que, sans ces démarches, on n'en serait pas là aujourd'hui, cela a permis à la justice de notre pays de pouvoir avancer", a déclaré Frédéric Van Van Leeuw en remettant ce coffret bleu vif qui devait ensuite être placé dans un cercueil.

Il faisait face à une dizaine de membres de la famille Lumumba, sous les ors du Palais d'Egmont à Bruxelles. Un des fils s'est saisi du coffret, sans s'exprimer. Une cérémonie officielle présidée par les Premiers ministres belge et congolais était programmée après la partie "intime et privée" de la restitution.

Trois jours de "deuil national"  prévus en RDC du 27 au 30 juin


Evoquant la procédure judiciaire en cours pour "crime de guerre", après la plainte déposée en 2011 par la famille pour éclaircir les conditions de l'assassinat, Frédéric Van Leeuw a ajouté: "je m'engage évidemment avec le juge d'instruction à continuer à essayer d'avancer (...) cela reste un combat".

Lire : RDC : soixante ans après sa proclamation, "l'indépendance réelle du pays reste à conquérir"

La dent avait été saisie par la justice belge en 2016 chez la fille d'un policier belge ayant participé à la disparition du corps de Patrice Lumumba. Premier Premier ministre de l'ancien Congo belge devenu indépendant le 30 juin 1960 (l'ex-Zaïre, aujourd'hui la République démocratique du Congo), Patrice Lumumba a été renversé dès la mi-septembre 1960 par un coup d'Etat.

Cette responsabilité morale du gouvernement belge, nous l’avons reconnue et je la répète à nouveau en ce jour officiel d’adieu de la Belgique à Patrice Emery Lumumba. Je souhaiterais ici, en présence de sa famille, présenter à mon tour les excuses du gouvernement belge.

Alexander De Croo, Premier ministre de la Belgique.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a renouvelé lundi les "excuses" de la Belgique pour la responsabilité de certains dirigeants et fonctionnaires de l'ex-puissance coloniale dans l'assassinat du héros congolais de l'indépendance Patrice Lumumba, au Katanga en 1961.

"Cette responsabilité morale du gouvernement belge, nous l’avons reconnue et je la répète à nouveau en ce jour officiel d’adieu de la Belgique à Patrice Emery Lumumba. Je souhaiterais ici, en présence de sa famille, présenter à mon tour les excuses du gouvernement belge pour la manière dont il a pesé sur la décision de mettre fin aux jours du premier Premier ministre du pays", a affirmé M. De Croo à l'occasion de la restitution à ses proches d'une dent de Patrice Lumumba.
 


Lire : 60 ans de l'indépendance du Congo : Patrice Lumumba, icône de l'anticolonialisme.

Patrice Lumumba a été exécuté le 17 janvier 1961 avec deux frères d'armes par des séparatistes de la région du Katanga (sud), avec l'appui de mercenaires belges.

Perçu comme prosoviétique par Washington en pleine guerre froide, considéré comme une menace pour les intérêts économiques occidentaux au Congo, il a acquis après sa mort la stature d'un champion africain de l'anti-impérialisme.

Cette restitution qui sera suivie du retour du cercueil en RDC - prévu dans la nuit de mardi à mercredi - doit permettre d'ériger enfin un lieu à la mémoire du héros national à Kinshasa.

Trois jours de "deuil national" sont prévus en RDC du 27 au 30 juin, date prévue de la cérémonie d'inhumation à Kinshasa, jour du 62e anniversaire de l'indépendance.