RDC : l'armée engage deux Sukhoï contre le M23, Kigali accuse Kinshasa de violation de son espace aérien

L'armée congolaise a déployé depuis dimanche 6 novembre deux avions de chasse Sukhoï-25 dans le Nord-Kivu (Est). L'armée est aux prises avec une offensive des rebelles du M23. Un des appareils a été accusé par le Rwanda d'avoir violé son espace aérien, un survol "malencontreux" selon Kinshasa.
Image
CARTE RDC NORD KIVU GOMA
La ligne de front entre le M23 et l'armée congolaise est à 30 km de Goma.
TV5MONDE
Partager4 minutes de lecture

Un "avion de chasse Sukhoï-25 de la République démocratique du Congo a violé l'espace aérien rwandais à 11H20 (locale, 08H30 GMT) ce matin et s'est brièvement posé à l'aéroport de Rubavu dans la province de l'Ouest", a affirmé le gouvernement rwandais dans un communiqué, sans préciser la raison pour laquelle cet avion s'était posé au Rwanda.

Dans le cadre des vols de reconnaissance effectués par l'armée un avion congolais de type Sukhoï-25 non armé a malencontreusement survolé l'espace aérien du Rwanda. Ministère de la Communication et des médias de la RDC.

"Aucune action militaire n'a été entreprise par le Rwanda en réponse, et l'avion est retourné en RDC. Les autorités rwandaises ont protesté contre cette provocation auprès du gouvernement de la RDC, qui a reconnu l'incident", a-t-il ajouté.

"Dans le cadre des vols de reconnaissance" effectués par l'armée de RDC, "un avion congolais de type Sukhoï-25 non armé a malencontreusement survolé l'espace aérien" du Rwanda, à la frontière des deux pays, a ensuite indiqué Kinshasa dans un communiqué diffusé par le ministère de la Communication et des médias.

Le gouvernement "réaffirme que de la même manière qu'elle tient à son intégrité territoriale, la République démocratique du Congo n'a jamais nourri l'intention de violer celle de ses voisins", ajoute le texte.

La RDC accuse le Rwanda de soutenir le M23

Les relations sont très tendues entre le Rwanda et la RDC depuis la résurgence du M23 (Mouvement du 23 mars), une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 qui a repris les armes fin 2021. Kinshasa, qui accuse Kigali de soutenir activement cette rébellion, a expulsé l'ambassadeur du Rwanda.

Lire : combats dans l'est de la RDC : qui sont les rebelles du M23 ?

Lundi 7 novembre les deux Su-25 avaient décollé bruyamment de l'aéroport de Goma, pour se diriger vers le territoire de Rutshuru, où le M23 a gagné du terrain ces dernières semaines.

"Un avion de chasse de l’armée vient de survoler Kiwanja", a témoigné dans la matinée un habitant de cette localité passée sous contrôle rebelle fin octobre et située sur la route nationale 2, un axe stratégique desservant Goma, ville de plus d'un million d'habitants.

Sur la même route, Rutshuru-Centre, à environ 70 km de Goma, était tombée aux mains du M23 presque en même temps, suivie de peu de Rumangabo (45 km de Goma), site d'un camp militaire congolais désormais tenu par les rebelles et du quartier général du parc national des Virunga.

Un front à quelque 30 km de Goma


Le front se situe maintenant aux environs de Rugari, à quelque 30 km de Goma, où les lignes semblaient figées depuis le milieu de la semaine dernière.

"Nous sommes en opération, tant qu’il y aura un seul centimètre occupé par les rebelles nous continuerons à nous battre. Nous sommes agressés et la RDC a le droit de mettre tous les moyens à sa disposition", a commenté le colonel Guillaume Ndjike Kaiko, porte-parole de l'armée dans la région.

Voir : des milliers de jeunes rejoignent l’armée à l’appel du président Tshisekedi.
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...



Selon lui, parallèlement aux opérations militaires, des jeunes continuent à s'enrôler en masse dans l'armée congolaise pour contrer l'"agression" dont la RDC accuse le Rwanda. Un appel à s'engager leur a été lancé jeudi dernier par le président Félix Tshisekedi qui, dans un message à la nation, leur a également demandé de "s'organiser en groupes de vigilance".

"Nous avons déjà enregistré plus de 3.000 candidats qui ont répondu à l'appel du chef de l'État", a assuré le colonel Ndjike.

"Les Rwandais nous maltraitent depuis des années, je viens d'entrer dans l'armée pour défendre mon pays", déclare Rachel, 22 ans, parmi les jeunes recrues qui suivaient lundi matin à Goma un premier entraînement. "Je veux me battre contre le Rwanda. Je donne ma vie à la nation", appuie Solange, 25 ans.

"Les vrais Congolais doivent rejoindre l'armée, pour battre les rebelles", estime Daniel, 28 ans, avant d'entonner avec ses camarades des chants prônant l'unité nationale et hostiles au Rwanda.

"Vous allez partir en formation (...) afin que vous puissiez revenir combattre pour le pays", leur a dit le général-major Chico Tshitambwa, sous-chef d'état-major chargé des opérations.