Afrique

RDC : Le président Kabila remanie l'armée congolaise

Chargement du lecteur...
L'ancien chef de la police John Numbi nommé inspecteur général de l'armée.
Commentaire : E. GODARD|Montage : L. BELLON|Images : F. MOKOKO @TV5MONDE

Vague de nominations au sein de l'armée en République démocratique du Congo. Parmi elles, celle du général John Numbi comme inspecteur général de l'armée... une désignation controversée. Ce haut responsable militaire est accusé d'avoir commandité la répression de plusieurs marches de l'opposition.

dans

Les unes des journaux congolais ne parlent que de ça. Le président Joseph Kabila vient de chambouler la tête de l'armée. Redistribution des rôles.

Le lieutenant général Célestin Mbala devient le numéro 1.
Le numéro 2 de l'armée ne sera autre que le général major Gabriel Amisi.

Le président a également nommé le général John Numbi. L'ancien chef de la police devient inspecteur général de l'armée. 
 
Pourtant, en septembre 2016, Gabriel Amisi et John Numbi sont placés sur une liste noire par les Etats-Unis. Les deux officiers sont soupçonnés par Washington d'avoir sapé le processus démocratique en RDC et réprimé les libertés et les droits des Congolais.

Le général John Numbi avait été suspendu en 2010. Il était alors soupçonné d'avoir joué un rôle dans les assassinats de Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana, des défenseurs des droits de l'homme.

Suspendu de ses fonctions à l'époque, il a été réhabilité il y a à peine quelques mois, alors que le dossier judiciaire n'est pas encore clos.
 

C'est la porte ouverte à l'impunité.                                                                       Rostin Manketa de l'ONG La Voix des sans Voix

Pour l'ONG La Voix des sans Voix, "c'est la porte ouverte à l'impunité". "Nul n'est au dessus des lois et il - John Numbi - bénéficie d'une protection que nul ne peut expliquer alors qu'il y a eu mort d'homme et qu'il y a eu assassinat suivi de torture", s'insurge Rostin Manketa, directeur exécutif de l'ONG.

La présidentielle doit se tenir le 23 décembre prochain. L'opposition accuse le chef de l'Etat de vouloir s'accrocher au pouvoir. Ces nominations d'officiers fidèles aux autorités en place pourrait en être un signe.