Afrique

RDC : le procès de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

Felix Tshisekedi, à droite, serre la main de Vital Kamerhe lors d'une conférence de presse à Nairobi, au Kenya, le 23 novembre 2018.
Felix Tshisekedi, à droite, serre la main de Vital Kamerhe lors d'une conférence de presse à Nairobi, au Kenya, le 23 novembre 2018.
AP Photo/Ben Curtis

Le procès en appel de Vital Kamerhe, directeur de cabinet et ex-principal allié président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, a été renvoyé au 7 août. 

Le procès en appel de Vital Kamerhe, directeur de cabinet et ex-principal allié président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, a été renvoyé au 7 août.

Prévu pour vendredi, "le procès en appel a été renvoyé au 7 août pour des raisons procédurales", a déclaré me Jean-Marie Kabengela, avocat de M. Kamerhe.

Ex-président de l'Assemblée nationale, M. Kamerhe, 61 ans, s'est désisté en faveur de l'actuel chef de l’État Félix Tshisekedi lors de la campagne électorale fin 2018.

Arrêté le 8 avril, il a été condamné à 20 ans de "travaux forcés" (dans les faits, de la prison) avec l'entrepreneur libanais Jammal Samih, 79 ans, pour le détournement d'environ 50 millions de dollars.

Lire aussi : Vital Kamerhe, retour sur un procès hors-norme

M. Kamerhe clame son innoncence et ses avocats dénoncent une "justice expéditive".

Jeudi, les partisans de M. Kamerhe se sont mobilisés dans son fief de Bukavu au Sud-Kivu et à Goma, dans la province voisine du Nord-Kivu, à l'appel de son parti, l'Union pour la nation congolaise (UNC).

Ils exigeaient "l'implication du président de la République" afin que son directeur de cabinet "bénéficie d'un procès équitable" en appel.