RDC : l'ex-président français Sarkozy invité à Kinshasa

L'ancien président français Nicolas Sarkozy est arrivé ce 22 mars à Kinshasa pour une "visite privée" durant laquelle est néanmoins prévue une rencontre avec le chef de l'État congolais Félix Tshisekedi a-t-on appris de sources aéroportuaire et officielle congolaises.
Image
Nicolas Sarkozy lors de la commémoration du centenaire de la grande Mosquée de Paris le 19 octobre 2022. 
Nicolas Sarkozy lors de la commémoration du centenaire de la grande Mosquée de Paris le 19 octobre 2022. 
© Ludovic Marin/Pool via AP
Partager3 minutes de lecture
Selon la lettre d'information Africa Intelligence, qui a révélé ce déplacement "censé rester confidentiel", Félix Tshisekedi aurait sollicité l'ex-président français "pour faciliter une amorce de dialogue" avec le président rwandais Paul Kagame, "dont Nicolas Sarkozy est proche".

Un motif démenti par la présidence congolaise.

"La venue dans notre pays de l'ancien président français n'est aucunement à l'initiative du président de la RDC", a affirmé sur Twitter Tina Salama, porte-parole de Félix Tshisekedi, en ajoutant : "il n'existe aucun projet de médiation dans l'agression rwandaise qui serait confié à M. Sarkozy".
"Cela étant", a-t-elle ajouté, le président Tshisekedi "sera ravi de le recevoir lors de sa visite privée à Kinshasa".
 

Historiquement compliquées, les relations entre le Rwanda et la République démocratique du Congo sont exécrables depuis la résurgence fin 2021 de la rébellion du M23 ("Mouvement du 23 mars"), qui s'est emparée depuis un an de larges pans de territoire du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC.

Voir : RD Congo : qui sont les rebelles du M23 ?
TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce qui a été corroboré par des experts de l'ONU et dénoncé par des chancelleries occidentales, bien que Kigali s'en défende.

Plusieurs initiatives pour une désescalade ont été lancées en Afrique et l'actuel président français lui-même, Emmanuel Macron, avait joué en septembre dernier les facilitateurs pour une rencontre entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame. Mais la rébellion avait ensuite repris de plus belle ses avancées.

Lire : Emmanuel Macron au Rwanda, 27 ans après le génocide des Tutsi

En visite le 4 mars à Kinshasa, dernière étape d'une tournée en Afrique centrale, Emmanuel Macron n'avait pas clairement condamné le Rwanda, comme le lui demandaient les Congolais, mais lancé de fermes mises en garde, y compris à Kigali.

Selon une source aéroportuaire, Nicolas Sarkozy est arrivé peu avant 17H00 (16H00 TU) à l'aéroport international de Kinshasa, à bord d'un vol spécial en provenance de Paris.

Sous sa présidence (2007-2012), la France et le Rwanda s'étaient officiellement réconciliés, après les accusations de "complicité" de génocide portées par Kigali à l'encontre de Paris pour son soutien au régime hutu rwandais responsable de la mort en 1994 de 800.000 personnes, essentiellement des Tutsi. Nicolas Sarkozy avait reconnu en 2010 de "graves erreurs d'appréciation" et une "forme d'aveuglement" de la France.