RDC : peine de mort requise contre onze militaires congolais à Goma

Lors d'un procès devant la Cour militaire du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, l'accusation a requis la peine de mort contre onze militaires congolais, dont cinq officiers, pour "lâcheté" et "fuite devant l'ennemi". Ils risquent d'être les premiers exécutés depuis la levée du moratoire sur la peine de mort.

Image
juge haute cour militaire

Photo d'archives. Le juge de la Haute Cour militaire congolaise lit le verdict de peine capitale contre un député congolais accusé de trahison et de participation au mouvement insurrectionnel du M23, Kinshasa, le 6 octobre 2023.

JUNIOR KANNAH / AFPTV / AFP
Partager1 minute de lecture

Une dizaine de peines de mort ont été requises vendredi contre des militaires congolais à Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo, les premières depuis la décision des autorités, mi-mars, de reprendre les exécutions capitales, a-t-on appris auprès d'un avocat.

Onze militaires, dont cinq officiers, qui étaient sur le front des combats contre la rébellion du M23, sont jugés par la Cour militaire du Nord-Kivu notamment pour "lâcheté" et "fuite devant l'ennemi", a indiqué à l'AFP Me Alexis Olenga, avocat d'un des officiers, le lieutenant-colonel Gabriel Paluku Dunia.

L'accusation a requis la peine de mort contre tous les prévenus. La prochaine audience est prévue le 5 avril et sera consacrée aux plaidoiries de la défense, a précisé Me Olenga. 

Selon lui, ces militaires étaient basés à Lushangi-Café, une position des forces armées de RDC (FARDC) dans les environs de Sake, cité considérée comme un verrou stratégique sur la route de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu.

"Ils n'ont jamais fui devant l'ennemi ni abandonné leur position, au contraire", a protesté l'avocat. 

S'ils sont condamnés, ces militaires risquent d'être les premiers à être exécutés, après la levée d'un moratoire sur la peine de mort qui était en vigueur depuis 2003. Des peines capitales étaient régulièrement prononcées mais systématiquement commuées en prison à perpétuité.

Le gouvernement congolais a annoncé le 13 mars la reprise des exécutions, notamment contre les militaires accusés de trahison.

(Re)lire RD Congo : le gouvernement rétablit la peine de mort

La déroute de l'armée congolaise et de ses milices supplétives face à la progression du M23 ("Mouvement du 23 mars"), rébellion soutenue par le Rwanda voisin, a attisé chez les autorités des soupçons d'infiltration des forces de sécurité.

La décision de rétablir la peine de mort est vivement critiquée par les organisations de défense des droits humains et l'Eglise catholique, qui a appelé le gouvernement à "abolir la peine capitale pour tous les crimes".

(Re)lire Rébellion du M23 en RDC : un député congolais condamné à la peine de mort pour trahison