RDC : qui sont les principaux candidats de la présidentielle du 20 décembre ?

Image
TRYPTIQUE RDC

Au centre le président Félix Tshisekedi a été désigné candidat officiel par la majorité au pouvoir. Il affrontera entre autres le Dr Mukwege (à gauche) et l'opposant Martin Fayulu (à droite).

AP/TV5MONDE
Partager2 minutes de lecture

Vingt-six candidats, dont le président sortant Félix Tshisekedi,, sont en lice pour l'élection présidentielle prévue le 20 décembre en République démocratique du Congo. Voici les principaux.

Félix Tshisekedi, 60 ans, est devenu président il y a cinq ans après une élection controversée qu'un autre opposant, Martin Fayulu, affirme avoir remportée. Il est le leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui était aussi le parti de son père, l'opposant historique Étienne Tshisekedi, décédé en 2017.

Felix-Antoine Tshisekedi

Le président de RDC Felix Tshisekedi à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU le 22 septembre 2021.

 

Justin Lane/Pool Photo via AP

En arrivant au pouvoir, Félix, dit "Fatshi", a soigné son image à l'étranger, en rupture avec l'isolationnisme de son prédécesseur Joseph Kabila. Il a aussi promis d'améliorer la vie des Congolais, de lutter contre la corruption et de tout faire pour ramener la paix dans l'est du pays. Il n'a pas atteint ses objectifs, reconnaissant lui-même que beaucoup reste à faire.

Un sondage réalisé par le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), Ebuteli  en avril 2023 et le bureau d’études Berci indique que 57,16% des Congolais interrogés considèrent que « les choses vont dans la mauvaise direction ».

La cote de popularité du président Félix Tshisekedi a chuté depuis le début de son mandat début 2019. Le chef de l’État passe de 63% d’opinion favorable en mars 2019 à 35,66% en janvier 2023

Mais il part favori face à une opposition qui, sauf coup de théâtre de dernière minute, se présente morcelée à l'élection à un seul tour.

Lire : RDC : comment fonctionne l’élection présidentielle ?

Moïse Katumbi, 58 ans, est un homme d'affaires fortuné, patron du club de football renommé de Lubumbashi (sud-est) Tout Puissant Mazembe et ancien gouverneur (2007-2015) de la province minière du Katanga, poumon économique du pays, où il est né. Son père était italien, ce qui fait de lui une cible de choix des hérauts de la "congolité", dont le chef de file a d'ailleurs tenté de faire invalider sa candidature.

Moise Katumbi

Moïse Katumbi en Afrique du Sud le 12 mars 2018.

AP Photo/Themba Hadebe

Leader du parti "Ensemble pour la République", il met en avant ses succès en affaires et son bilan au Katanga, avec construction de routes, d'écoles et développement de l'agriculture, pour affirmer qu'il saura gérer le pays.

Martin Fayulu, 66 ans (67 le 21 novembre), est le leader du parti Ecidé (Engagement pour la citoyenneté et le développement).

Martin Fayulu

Martin Fayulu lors de la campagne électorale de 2019 à Kinshasa.

AP Photo/Jerome Delay

Cet ex-cadre d'une major pétrolière veut sa revanche. Depuis cinq ans, ses partisans le désignent comme "le président élu", puisque selon eux la victoire lui a été volée à l'élection de 2018. Affirmant encore une fois sa conviction que les dés seront pipés à celle de décembre prochain, il a un temps entretenu le suspense sur sa candidature, qu'il a finalement confirmée le 30 septembre.

Tweet URL

Denis Mukwege, 68 ans, gynécologue, prix Nobel de la paix en 2018 pour son action auprès des femmes violées, est un critique de longue date du pouvoir et ne cesse de réclamer justice pour les victimes des violences armées dans son pays.

Mukwege

Denis Mukwege devenant Doctor Honoris Causa de l'Université de Pau le 5 mars 2022.

 

AP Photo/Bob Edme

"L'homme qui répare les femmes", surnom hérité d'un documentaire qui lui a été consacré, n'a pas de base politique et a tardé à se lancer. Il a finalement annoncé le 2 octobre qu'il serait candidat, en dénonçant "les pratiques corrompues et prédatrices" qui maintiennent la majorité des Congolais dans la misère. Fils de pasteur pentecôtiste, il est originaire du Sud-Kivu (est), où il dirige un hôpital.

Augustin Matata Ponyo, 59 ans, a été ministre des Finances et Premier ministre de Joseph Kabila de 2012 à 2016.

Leader du parti Leadership et gouvernance pour le développement (LGD), il fait l'objet de poursuites judiciaires pour détournement de deniers publics, qu'il conteste fermemement, mais la cour qui le juge vient de suspendre son procès jusqu'au 18 mars prochain.

Adolphe Muzito, 66 ans, est un autre ancien Premier ministre (2008-2012) de Joseph Kabila, également ancien ministre du Budget et ex-inspecteur des Finances, leader du parti "Nouvel Elan", ancien allié de Martin Fayulu dans la coalition Lamuka.

Delly Sesanga, 53 ans, avocat, député de Luiza (Kasaï central) et leader du parti Envol (Ensemble des volontaires pour le développement de la RDC), avait soutenu en 2018 la candidature de Félix Tshisekedi, dont il est devenu un critique virulent, dénonçant "son incapacité à redresser le pays" et ses "promesses non tenues".