Afrique

RDC : résurgence du virus Ebola en zone de guerre

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Une semaine après l'annonce de la fin de la dernière épidémie dans l'ouest de la République démocratique du Congo, une vingtaine de morts sont répertoriés dans le Nord-Kivu, où les affrontements compliquent le travail des médecins.

dans
Les autorités sanitaires de la RDC l'annonçaient ce 1er août: une nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola aurait déjà fait 20 morts dans l'est du pays - quatre cas ont été confirmés par les laboratoires. "Nous savons, par exemple, qu'il y a eu une vingtaine de décès, mais nous ne pouvons pas, à ce stade, confirmer s'il s'agit de cas probables ou confirmés d'Ebola, explique le docteur Peter Salama, directeur général adjoint de la préparation et de l'intervention en cas d'urgence à l'OMS. Nous nous attendons toutefois à ce que le nombre total de cas augmente dans les jours ou les semaines à venir, en fonction de la trajectoire des épidémies à ce stade de leur développement."

Voici tout juste une semaine, l'Organisation mondiale de la santé annonçait la fin de la précédente épidémie, dans le nord-ouest. Toutefois, les nouveaux cas se sont déclarés dans un environnement très différent des zones touchées précédemment, puisqu'il s'agit de zones de conflits, comme à Beni dans le Nord-Kivu, où les Nations unies estiment qu'opèrent une centaine de groupes armés. La principale difficulté sera d'accéder en toute sécurité aux personnes contaminées.

La présence du virus Ebola, cette maladie contagieuse qui se transmet par contact direct entre personnes a aussi été signalée à une trentaine de kilomètres de Beni, dans la ville de Mangina, à quelques kilomètres de l'Ouganda. Le risque d'extension de l'épidémie est donc élevé, selon l'OMS, qui s'est rendue sur place avec des membres du gouvernement congolais. L'OMS travaille en étroite collaboration avec le gouvernement pour contenir l'épidémie le plus rapidement possible, mais la protection des populations de l'est de la République démocratique du Congo va être très complexe. "Ce sera une opération très, très complexe... Sur l'échelle du degré de difficulté - essayer d'éteindre une flambée d'un agent pathogène mortellement dangereux dans une zone de guerre - fait partie de nos défis les plus complexes", explique le docteur Peter Salama. 

Face à cette épidémie, la population est désemparée. Le ministre de la Santé de RDC,
Oly Ilunga, a annoncé que la souche de l'épidémie était très probablement la souche Zaïre, la plus mortelle, mais contre laquelle il existe un vaccin expérimental "sûr et efficace" qui a pu être utilisé dans la précédente épidémie. Quelque 3 000 doses de ce vaccin se trouvent encore à Kinshasa, et des centaines de milliers sont très rapidement disponibles. Ce vaccin - expérimental - devrait être le même que celui utilisé dans la province de l'Équateur en mai dernier, à Mbandaka, Bikoro, Iboko...

La RDC a déjà connu neuf précédentes épidémies d'Ebola sur son sol où le virus a sévi pour la première fois en 1976.