Afrique

RDC - Rwanda : Antony Blinken exhorte le président rwandais à cesser de soutenir le M23

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken.
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken.
AP Photo/Carolyn Kaster

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken exhorte le président rwandais Paul Kagame à cesser tout soutien supposé aux rebelles en République démocratique du Congo. Selon Kinshasa, les rebelles du M23 bénéficient du soutien du Rwanda, mais Kigali conteste cette affirmation.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken exhorte Paul Kagame, le président rwandais, à cesser tout soutien supposé aux rebelles en République démocratique du Congo, selon un communiqué du département d'Etat publié le 5 décembre 2022.

Chargement du lecteur...

Lors d'un appel dimanche, le chef de la diplomatie américaine a "dit clairement que tout soutien externe à des groupes armés non-étatiques en RDC doit cesser, y compris le soutien du Rwanda au M23", affirme le porte-parole du département d'Etat Ned Price.

Le M23, ancienne rébellion tutsi qui a repris les armes fin 2021, bénéficie selon Kinshasa du soutien actif du Rwanda, ce que conteste Kigali. Antony Blinken "a partagé sa profonde préoccupation à propos de l'impact des combats sur les civils congolais, qui ont été tués, blessés, ou déplacés de leur domicile", ajoute Ned Price.

L'incitation à la haine condamnée

Le secrétaire d'Etat exhorte les deux pays a respecter l'accord négocié le mois dernier par l'entremise de l'Angola. Un sommet organisé le 23 novembre en Angola a ordonné un cessez-le-feu suivi du retrait des rebelles des positions conquises ces derniers mois, mais aucun retrait n'a été observé à ce jour.

Antony Blinken acondamne également "la résurgence des discours et des incitations publiques à la haine" qui ciblent le Rwanda, rappelant au souvenir des "conséquences réelles et horribles d'une telle rhétorique par le passé", allusion au génocide de 1994 dont ont été principalement victimes les Tutsis.

Après cinq jours de trêve, des combats à l'arme lourde ont repris la semaine dernière dans l'est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l'armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d'avoir massacré au moins 50 civils. Le M23 a rejeté ces accusations et demandé une "enquête indépendante".