RDC: un opposant en exil crée une alliance incluant la rébellion du M23

Un opposant congolais en exil a annoncé vendredi 15 décembre à Nairobi la création d'une alliance politico-militaire avec plusieurs groupes armés, dont la rébellion du M23, pour, selon lui, "sauver" la République démocratique du Congo et y garantir "le retour de la paix". Selon Jeune Afrique Kinshassa a rappelé son ambasadeur au Kenya.

Image
Corneille Nangaa

Corneille Nangaa, alors président de la CENI, la Commission électorale nationale indépendante, la CENI, en 2018, est un opposant en exil au Kenya.

 

AP Photo/Jerome Delay
Partager2 minutes de lecture

Alors que son pays se prépare aux élections générales du 20 décembre dans un climat politique et sécuritaire très tendu, Corneille Nangaa, qui fut président de la Commission électorale (Céni) lors des élections de 2018, est apparu vendredi dans un hôtel de la capitale kényane aux côtés de Bertrand Bisimwa, le "président" du M23.

Tweet URL

Corneille Nangaa a annoncé lors d'une conférence de presse la création d'une coalition politico-militaire, en appelant à "l'union de toutes les forces politiques, sociales et militaires" pour la "refondation de l'État" et le "retour de la paix" en RDC.

Une initiative nécessaire selon lui pour mettre fin à "la faiblesse" de l'Etat congolais depuis "trois décennies" et son "incapacité à restaurer (son) autorité (...) sur l'ensemble du territoire".

Il a affirmé qu'au moins neuf groupes armés, dont le M23, l'avaient déjà rejoint dans son projet de "l'Alliance Fleuve Congo" pour "l'unité nationale et la stabilité" de la RDC. Ainsi que certaines milices qui ont pourtant récemment combattu contre le M23 aux côtés des FARDC (Forces armées de la RDC).

Interrogé vendredi soir à Kinshasa, lors d'un briefing de presse, le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication de RDC, Patrick Muyaya, a jugé que l'annonce de Corneille Nangaa relevait d'un "comportement antipatriotique", dont "il devrait avoir honte".

 Présidentielle en RDC : quel est le programme des principaux candidats ?

"Je pense que cet acte aura des conséquences", a également estimé Patrick Muyaya car, a-t-il dit, "le Kenya nous doit des explications".

"Comment un pays avec lequel nous travaillons, avec lequel nous sommes dans des processus qui doivent permettre le retour de la paix dans l'est (de la RDC) peut-il accueillir des activités subversives ?", s'est interrogé Patrick Muyaya.

 "Conséquences diplomatiques"

"Il y aura évidemment des conséquences diplomatiques, en tous cas une procédure diplomatique qui sera mise en place", a-t-il poursuivi.

Après plusieurs années de sommeil, les rebelles du M23 ("Mouvement du 23 mars") ont repris les armes fin 2021 et se sont emparés, avec l'aide de l'armée rwandaise, de vastes pans de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, provoquant la fuite de plus d'un million de personnes, selon l'ONU.

Lire : quel bilan pour le quinquennat du président Félix Tshisekedi ?

Près de 7 millions de Congolais sont aujourd'hui déplacés dans leur propre pays, principalement à cause des conflits armés et de l'insécurité, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ces derniers mois, des passes d'armes entre le président congolais Félix Tshisekedi et Corneille Nangaa ont défrayé la vie politique congolaise et entaché la légitimité du chef de l'Etat.

Fin octobre, sur la chaîne France 24, Corneille Nangaa a affirmé qu'au cours de l'élection de 2018, alors qu'il dirigeait le processus électoral, un "accord pour le partage du pouvoir" entre l'ancien président Joseph Kabila et Félix Tshisekedi avait été conclu puis "validé et certifié" par "le président sud-africain, l'ancien président kényan et le président égyptien".

Lire : qui sont les principaux candidats de la présidentielle du 20 décembre ?

Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, affirmait l'avoir emporté avec 61% des voix et criait au "putsch électoral" ourdi par MM. Kabila et Tshisekedi.

Le ministre français des Affaires étrangères de l'époque, Jean-Yves Le Drian, avait parlé d'un "compromis à l'africaine". 

Félix Tshisekedi, candidat à sa propre succession le 20 décembre, conteste tout "arrangement frauduleux" avec son prédécesseur.