RDC : une nouvelle attaque attribuée aux ADF fait plus de 40 morts

Plus de 40 personnes sont mortes dans une nouvelle attaque attribuée aux rebelles ADF dans la nuit du 8 au 9 mars en République Démocratique du Congo. Ces rebelles sont à l'origine des Ougandais majoritairement musulmans. Ils ont fait souche depuis le milieu des années 1990 dans l'est du pays.
Image
CARTE RDC EST DU PAYS
L'attaque a eu lieu dans deux villages du territoire de Beni dans la  province du Nord-Kivu, tout près de la frontière de l'Ouganda. 40 personnes sont mortes.
TV5MONDE.
Partager4 minutes de lecture

Une nouvelle attaque attribuée aux rebelles ADF (Forces démocratiques alliées), affiliés au groupe Etat islamique, a fait plus de 40 morts dans la nuit du 8 au 9 mars dans l'est de la République démocratique du Congo selon les autorités locales. La province est également en proie à la rébellion du M23.

Qui sont les ADF ?

  • Les ADF (Forces démocratiques alliées) sont à l'origine des rebelles ougandais majoritairement musulmans, qui ont fait souche depuis le milieu des années 1990 dans l'est de la RDC où ils sont accusés d'avoir massacré des milliers de civils.
  • En 2021, des attentats sur le sol ougandais leur ont aussi été attribués et une opération militaire conjointe entre les armées congolaise et ougandaise a été lancée pour les traquer dans le Nord-Kivu et dans la province voisine de l'Ituri.
  • Les États-Unis ont offert la première semaine de mars une récompense pouvant aller jusqu'à 5 millions de dollars pour toute information susceptible de mener à leur chef, un Ougandais d'une quarantaine d'années nommé Musa Baluku.
  • ​D'après le KST, les ADF, présentés par le groupe jihadiste Etat islamique comme sa branche en Afrique centrale, ont tué près de 150 personnes depuis le début de l'année 2023, en incluant cette dernière attaque.

"Le bilan, toujours provisoire, est de 38 personnes tuées à Mukondi et huit à Mausa", deux villages proches l'un de l'autre dans le territoire de Beni, dans la partie nord de la province du Nord-Kivu, déclare Kalunga Meso, le chef du groupement (ensemble de villages) local. Ce notable ajoute que "les ADF ont rassemblé les gens pour ensuite les exécuter".

Des corps calcinés

Le bilan humain est confirmé par Arsène Mumbere, président de la société civile locale. Il précise que les assaillants "sont entrés dans le village Mukondi sans bruit" et ont tué la plupart des victimes "par armes blanches". Selon lui, à Mausa, les corps des victimes ont été retrouvés "calcinés dans des maisons incendiées". La fouille est encore en cours car les habitations sont éloignées les unes des autres, ajoute-t-il.

"Dans la nuit du 8 au 9 mars, des miliciens venus de la vallée de Mwalika ont incendié le village de Mukondi" et "ont tué au moins 36 personnes à l'arme blanche", publie sur son compte Twitter le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST), un réseau d'analystes basés dans l'est de la RDC. Les autoritées provinciales n'ont pas encore communiqué sur cette attaque.

Une province en proie à la violence

Plus au sud, la province du Nord-Kivu est également depuis plus d'un an le théâtre de combats entre l'armée congolaise et les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda selon Kinshasa et des experts de l'ONU. Après plusieurs annonces d'arrêt des hostilités restées sans effet ces derniers mois, un cessez-le-feu était censé entrer en vigueur le 7 mars. Mais les armes ne se sont pas tues et le M23 a continué d'étendre son territoire.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Une délégation du Conseil de sécurité est attendue ce 9 mars au soir à Kinshasa, pour une visite de travail de trois jours. Elle doit également se rendre à Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu, ville de plus d'un million d'habitants coincée entre le Rwanda à l'est, le lac Kivu au sud et les rebelles du M23 au nord et à l'ouest.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Les représentants du Conseil comptent "apprécier la situation sécuritaire et humanitaire dans le Nord-Kivu", indique dans un communiqué la Mission de l'ONU dans le pays (Monusco), et "évaluer le contexte dans lequel évolue" cette force. Présente en RDC depuis 23 ans et forte encore aujourd'hui de plus de 16 000 hommes, la Monusco est de plus en plus critiquée dans le pays pour son incapacité à mettre fin aux violences en cours dans l'Est depuis près de 30 ans. Des dizaines de groupes armés sévissent dans la région, dont beaucoup sont un héritage des guerres régionales qui ont éclaté dans les années 1990-2000.