TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...
©A. Fouchard, E. Banceline / TV5MONDE
Partager

RDC : Vers une candidature unique de l'opposition ?

L'opposition salue la décision de Joseph Kabila de ne pas se représenter pour un nouveau mandat et appelle à une candidature unique face à son dauphin, Emmanuel Ramazani Shadary.

Pour avoir une chance de remporter l'élection présidentielle, il va falloir s'unir. Les candidats de l'opposition l'ont bien compris car en République démocratique du Congo, l'élection se joue en un seul tour. Celui qui arrive en tête l'emporte.

Plus il y a de candidatures opposées, plus la majorité s'en trouve renforcée. Eve Bazaiba, opposante congolaise et proche de Jean-Pierre Bemba a lu devant la presse une partie de la déclaration signée par les six principaux candidats de l'opposition : " [ils] poursuivent les concertations en vue de désigner un candidat commun à la prochaine élection présidentielle, autour d'un programme commun afin d'améliorer les conditions de vie des populations congolaises."

tweet coalition congolaise

Six signataires

L'UDPS de Félix Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe tout comme le chef de "Congo na Biso" Freddy Matungulu, tous candidats à la présidentielle, étaient présents à la cérémonie. Moïse Katumbi et son parti  "Ensemble pour le changement" était représenté, tout comme Jean-Pierre Bemba Gombo du MLC. Un seul absent, l'ECiDé de Martin Fayulu, signataire lui aussi.

L'opposition veux maintenir la pression. Ils exigent le retrait de ces machines à voter, pas assez fiables selon eux, et qui doivent être utilisées lors du prochain scrutin. Mais ils demandent aussi le retour de l'opposant Moïse Katumbi, bloqué pour l'instant hors du pays.

Le soir du dépot de sa candidature Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila promettait l'inclusivité : " le peuple a besoin de reconstruction. Il a besoin de social. C'est ce que nous allons faire. Et nous sommes ouverts à tout le monde."

Les candidatures à l'élection présidentielle doivent encore être validées par la cour constitutionnelle. Le scrutin doit avoir lieu à la fin du mois de décembre.