Afrique

Reprise de la ligne Congo-Ocean entre Pointe-Noire et Brazzaville

Chargement du lecteur...
TV5MONDE | Récit : P. FÉRUS • Montage : S. ALAYRANGUES • Images : JUKA

Un premier train en provenance de Pointe-Noire est arrivé à Brazzaville ce mercredi. Une remise en service ferroviaire qui tourne symboliquement la page de l'épisode des affrontements entre les forces régulières et les rebelles dans la zone du Pool.

dans

Ça y'est. Il arrive !
En ce jour de fête nationale, le train de la ligne Congo-Océan entre en gare de Brazzaville.

Une première depuis deux ans. Un train de marchandise parti de Pointe-Noire, la veille, avec essentiellement des wagons-citernes de produits pétroliers.
Le retour de cette liaison était particulièrement attendu.

Le chemin de fer est l'épine dorsale de notre économie...
Fidèle Dimou, ministre congolais des transports
"Pendant deux ans, là où le train passe, les populations laborieuses ont souffert parce qu'elles ne pouvaient plus écouler leur production" nous dit, Fidèle Dimou, le ministre congolais des transports. Et d'ajouter : "Le chemin de fer est l'épine dorsale de notre économie."

De grands travaux de rénovation

Et pour en arriver là, il a fallu reconstruire les voies ferrées.

Trois ponts ont été endommagés dans la région du Pool, à cause des combats entre les forces régulières et les rebelles du pasteur Ntumi.
Les travaux ont été décidés après la signature de l'accord de paix du 23 décembre 2017. 
Refaire les voies. Consolider les ponts. Sécuriser le tout. 
Une facture d'un milliard de francs CFA. 
À la CFCO, la compagnie des chemins de fer, on parle d'un nouveau départ...

La fin du chômage technique ?

"Cette reprise, ne peut-être qu'un signe de réjouissance pour nous, cheminots", nous dit Edwin Missié. Ce conducteur de train a eu du mal à joindre les deux bouts pendant ces deux dernières années. Il ajoute : "Pendant tout ce temps, c'était le chômage technique" 

Chômage technique pour les uns. Perte économique majeure pour les autres, mais aussi pour certains des connexions familiales perdues pendant trop longtemps.

C'est le cas, de Dinal Kimboula. Cette quinquagénaire n'aurait pas manqué cette inauguration. Elle s'est sentie bloquée par ce trafic suspendu qui l'empêchait depuis novembre 2016, d'aller voir régulièrement ses enfants à Pointe-Noire.

Mais pour l'heure le trafic voyageur, lui, ne devrait pas reprendre avant le mois prochain, selon les autorités. 

La rotation Pointe-Noire/Brazzaville est d'abord un axe économique vital, étalé sur 500 kilomètres.