Afrique

Sahara occidental : le Pérou reprend langue avec la République arabe sahraouie après 25 ans

Célébrations pour le 45ème anniversaire de la création de la République arabe sahraouie, à Tindouf (Algérie), le 27 février 2021. Le Pérou vient de rétablir le 8 septembre ses relations diplomatiques suspendues depuis 25 ans avec le Front Polisario au Sahara occidental.
Célébrations pour le 45ème anniversaire de la création de la République arabe sahraouie, à Tindouf (Algérie), le 27 février 2021. Le Pérou vient de rétablir le 8 septembre ses relations diplomatiques suspendues depuis 25 ans avec le Front Polisario au Sahara occidental.
© AP Photo/Fateh Guidoum

Le Pérou et la République arabe sahraouie démocratique (RASD), autoproclamée en 1976 par le Front Polisario au Sahara occidental, vont rétablir leurs relations diplomatiques suspendues depuis 25 ans, annonce le gouvernement péruvien le 8 septembre.

"Les gouvernements des républiques du Pérou et sahraouie ont accepté de reprendre leurs relations diplomatiques et ont réaffirmé leur respect du droit international et du principe d'autodétermination des peuples", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères péruvien ce 8 septembre.

Le Pérou avait reconnu la RASD le 16 août 1984, sous le gouvernement de Fernando Belaunde (1980-1985). Mais ses relations avec la RASD ont été suspendues en 1996 par décision du président suivant, Alberto Fujimori (1990-2000), sous la pression du Maroc.

Le Pérou rejoint ainsi huit autres pays de la zone Amérique latine Caraïbes ayant à leur tour reconnu l’organisation indépendantiste : Cuba, l'Equateur, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, le Venezuela et l'Uruguay.

(RE)voir : Sahara occidental : les Etats-Unis affichent leur parti pris pour le Maroc
Chargement du lecteur...

La République arabe sahraouie démocratique a été autoproclamée il y a 45 ans par les indépendantistes du Front Polisario sur l'ancienne colonie espagnole du Sahara occidental, en Afrique.

Le Front Polisario exige la tenue d'un référendum d'autodétermination prévu par l'ONU au moment de la signature d'un cessez-le-feu entre les belligérants en 1991.

Le Maroc, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique, riche en phosphates et avec de fortes ressources maritimes (pêche), propose pour sa part un plan d'autonomie sous sa souveraineté.

Toutes les tentatives de règlement du conflit ont échoué jusqu'à présent.