Sahel : le Mali, le Burkina Faso et le Niger signent une alliance défensive

Les régimes militaires du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont signé une charte établissant une alliance défensive, ont annoncé à Bamako, capitale du Mali, les délégations ministérielles des trois pays. 

Image
GOITA Signature AES

Le président de la Transition au Mali, Assimi Goita, signe la Charte instituant l'Alliande des Etats du Sahel (AES), le samedi 16 septembre.

@GoitaAssimi
Partager1 minute de lecture

Cette "Charte du Liptako-Gourma" créé "l'Alliance des États du Sahel" (AES), a écrit sur X (ancien Twitter), le président intérimaire du Mali, Assimi Goita. Son but est "d'établir une architecture de défense collective et d'assistance mutuelle", a-t-il souligné.

La charte prévoit (art. 6) que "toute atteinte à la souveraineté et à l'intégrité du territoire d'une ou plusieurs parties contractantes sera considérée comme une agression contre les autres parties et engagera un devoir d'assistance et de secours de toutes les parties, de manière individuelle ou collective, y compris l'emploi de la force armée pour rétablir et assurer la sécurité au sein de l'espace couvert par l'Alliance".

Une alliance qui dépasse l'aspect militaire

Depuis le coup d’État du 26 juillet au Niger, la Communauté économique des États d'Afrique de l'ouest (Cedeao) maintient une position constante : les autorités militaires doivent "restaurer l'ordre constitutionnel immédiatement" en libérant le président déchu Mohamed Bazoum et en le réinstallant dans ses fonctions. 

L'organisation ouest-africaine a plusieurs fois brandi la menace d'une intervention armée et a imposé de lourdes sanctions économiques au Niger. Or, le Burkina Faso et le Mali voisins estiment qu'une opération militaire contre leur pays serait une "agression illégale et insensée" et ont promis une "riposte immédiate" à toute agression.

"Cette alliance sera une conjugaison des efforts militaires, économiques entre les trois pays", a déclaré aux journalistes le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop. "Notre priorité c’est la lutte contre le terrorisme dans les trois pays", a-t-il ajouté.

La région du Liptako-Gourma, frontalière du Mali, du Burkina Faso et du Niger, a été ravagée par le jihadisme au cours des dernières années.

Le Mali et le Burkina voisins, dirigés par des militaires arrivés au pouvoir par des coups d’État en 2020 et 2022, avaient rapidement affiché leur solidarité envers les généraux de Niamey après le coup d’État du 26 juillet. Ces derniers restent inflexibles et retiennent prisonnier le président déchu Mohamed Bazoum depuis le 26 juillet, qu'ils comptent poursuivre pour "haute trahison".

Au Niger, une dizaine d'attaques jihadistes ont fait plus d'une centaine de morts dont une moitié de civils depuis le 26 juillet.

L'"Alliance Sahel" réunit plusieurs pays et institutions internationales comme la France, l'Allemagne ou les États-Unis qui ont suspendu leur programmes d'aides au Niger.