Afrique

Sahel : pourquoi l'image de la France s'est considérablement dégradée

Soldat français des forces Barkhane dirigeant les opérations avant que la France ne remette la base de Gossi aux forces maliennes, le 9 avril 2022 à Gossi, au Mali.<br />
<br />
 
Soldat français des forces Barkhane dirigeant les opérations avant que la France ne remette la base de Gossi aux forces maliennes, le 9 avril 2022 à Gossi, au Mali.

 
(Katucya Barolin, armée française via AP)

La France doit regarder en face son déclassement en Afrique et même le risque d'une "éviction" si elle ne repense pas complètement sa stratégie globale au Sahel et en Afrique de l'Ouest en général, estime lundi 10 mai le chercheur Elie Tenenbaum.

Un rapport de l'Institut français des relations internationales (IFRI) sur la stratégie globale de la France au Sahel doit être publié ce mardi 10 mai. Le directeur du Centre des études de sécurité, le chercheur Elie Tenenbaum dresse un constat difficile pour Paris mais dont doit émerger selon lui de nouvelles solutions pour éviter un effondrement de son influence dans la région.

 Vous évoquez une "contre-performance stratégique" de la France au Sahel. Pourquoi?

Elie Tenenbaum : On a une dynamique stratégique qui produit le contraire de ce qu'elle était censée produire. Elle a cherché à faire du partenariat, elle a produit de la friction, notamment avec le Mali. Elle a cherché à endiguer la dégradation sécuritaire, elle n'y est pas parvenue. Elle a cherché à préserver les intérêts de la France et on a (...) un sentiment anti-français exacerbé.
 

(Re)lire Sahel : comment se réorganise la stratégie antiterroriste dans la région ?
 

La France a-t-elle négligé les ambitions russes, turques, chinoises en Afrique ?

Elie Tenenbaum : On s'est focalisé essentiellement sur la lutte contre le terrorisme, qui a pris une place déterminante, presque aveuglante. Il y a une divergence de priorités stratégiques avec des acteurs locaux qui peuvent être très opportunistes: un accord local avec les djihadistes peut être parfois moins inquiétant pour eux qu'une réforme du système électoral ou constitutionnel.

(Re)voir Sahel : une guerre de l'information sans merci entre la France et la Russie ?

Chargement du lecteur...

Par ailleurs, la conditionnalité démocratique nous met en porte-à-faux avec des régimes qui sont en plein recul sur ce point et n'hésitent pas à faire valoir la concurrence avec des compétiteurs qui eux ne conditionnent leur soutien à aucun critère intérieur. C'est l'offre russe et il y en a d'autres pas loin (Chine, Turquie, ndlr).


(Re)lire Sahel : "La présence étrangère a causé la dispersion géographique des groupes djihadistes"


C'est là qu'on touche du doigt la fameuse contre-performance ?

Elie Tenenbaum : L'opération militaire (Barkhane, ndlr) n'a pas démérité. Le but affiché était de maintenir la pression sur les groupes terroristes et de développer des partenariats avec les armées locales - d'une façon générale, cela s'est fait. Mais d'autres aspects n'ont pas fonctionné: le retour de l'Etat au nord Mali, le choix d'accompagner un processus de paix dont on savait qu'il était vicié et la préservation des intérêts stratégiques français qui n'ont, bizarrement, jamais figuré dans les objectifs officiels. On a aussi eu ces dernières décennies beaucoup d'hésitations, de changements de pied, qui ont créé de la méfiance chez nos partenaires.


(Re)lire Sahel : vers une réorganisation régionale et un retrait des troupes françaises au Mali
 

Comment inverser la dégradation de l'image de la France en Afrique ?  

Elie Tenenbaum : Ce ne sera pas facile. Il faut réduire la visibilité de l'action militaire française qui agit comme un irritant pour les sociétés africaines.

Nous proposons de revenir à une logique de présence, avec un personnel militaire déployé pour longtemps, et non cette logique d'opérations extérieures qui créé une pression politique pour du résultat, déphasé avec l'agenda du partenaire.

Ensuite, il faut davantage assumer les intérêts politiques et économiques français pour désamorcer le discours conspirationniste. Ces intérêts existent, ils ne sont pas forcément mirobolants mais il faut les objectiver. Et pour autant, il ne faut pas oublier qui on est, l'offre de valeurs qui est la nôtre est importante.

On ne va pas se mettre à faire ce que font les Russes. Donc il faut une plus grande sélectivité dans le choix des partenaires (…) et rentrer dans une logique d'appui: au renseignement, en logistique, au feu aérien voire à l'artillerie. Ce qu'on a fait par exemple avec les Irakiens ou ce qu'on fait, sans l'appui feu, avec les Ukrainiens.
 

(Re)lire Sahel : pourquoi le Niger est devenu le meilleur allié de la France
 

Vous proposez aussi un commandement militaire intégré sur l'Afrique, à l'image de l'Africom américain, en quoi cela consiste-t-il ? 

Elie Tenenbaum : On constate un mille-feuille bureaucratique qui nuit à l'efficacité et au lien avec les partenaires et sur lequel se greffent plusieurs opérations militaires, à chaque fois avec des commandements différents. Créons un commandement unifié, qui va de la formation jusqu'à l'appui opérationnel sous une même vision.

Cela aurait l'avantage de donner un numéro de téléphone unique à la stratégie française en Afrique. L'idée est aussi de dégager des marges de manœuvres pour de nouveaux enjeux en Europe et en Indopacifique. On est à la fin d'un cycle (...). Si on continue sur la même lancée, il y a des risques d'éviction stratégique forts de la France d'espaces importants et d'intérêts majeurs.