Sénégal : arrestations devant l’ambassade de Tunisie

Image
Guy Marius Sagna
Le député Guy Marius Sagna a été arrêté devant l'ambassade de Tunisie ce 4 mars 2023. 
Capture d’écran TV5MONDE.
Partager2 minutes de lecture
Quatorze personnes, dont un membre du parlement sénégalais, ont été arrêtées ce 4 mars devant l'ambassade de Tunisie à Dakar.  Selon le préfet et un avocat les représentant, elles ont été arrêtées pour pour "participation à une manifestation interdite".
Ce 4 mars, quatorze personnes ont été arrêtées devant l'ambassade de Tunisie à Dakar. Parmi elles, un membre du parlement sénégalais. Ces arrestations interviennent pour "participation à une manifestation interdite." 
 

L'avocat, Moussa Sarr, indique que les 14 personnes, dont le député Guy Marius Sagna, sont toujours détenues au commissariat central de Dakar. Le préfet de la ville, Mor Talla Tine, confirme ces arrestations.

Deux journalistes interpellés

L'une des personnes arrêtées a également confirmé son arrestation ainsi que celle du député. Selon l'avocat, deux journalistes ont par ailleurs été interpellés avant d'être immédiatement relâchés. "Ils sont arrêtés pour participation à une manifestation interdite. Ils étaient partis déposer individuellement des lettres de  protestation à l'ambassade de Tunisie", déclare l'avocat.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

Cet incident fait suite à l'indignation suscitée par les propos du président tunisien Kais Saied contre l'immigration clandestine provenant d'Afrique subsaharienne. Le 21 février, le président tunisien avait affirmé que la présence en Tunisie de "hordes" d'immigrés clandestins provenant d'Afrique subsaharienne était source de "violence et de crimes" et relevait d'une "entreprise criminelle" visant à "changer la composition démographique" du pays.

Les personnes arrêtées le 4 mars appartiennent à diverses organisations qui avaient appelé leurs membres à apporter des lettres de protestation à l'ambassade de Tunisie, après l'interdiction par les autorités sénégalaises d'un rassemblement prévu. "Nous (...) venons par cette présente lettre protester contre la chasse aux Africains noirs en cours en Tunisie après les propos racistes et haineux du président tunisien", indique l'une des lettres d'un militant. Des centaines de ressortissants de Guinée, du Mali et de Côte d'Ivoire ont été rapatriés de Tunisie dans des avions envoyés par leurs gouvernements.