Sénégal : Internet suspendu sur les téléphones portables

Les autorités sénégalaises on coupé l'accès à internet sur téléphone via les données mobiles en raison de la "diffusion de messages haineux et subversifs" sur les réseaux sociaux, après les appels à manifestations liés à l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko.

 

Image
Réseaux sociaux

Les logos des applications de Facebook et Instagram, à New York, le 5 octobre 2021.

AP/Richard Drew
Partager2 minutes de lecture

"En raison de la diffusion de messages haineux et subversifs relayés sur les réseaux sociaux dans un contexte de menace de trouble à l'ordre public, l'internet des données mobiles est suspendu temporairement sur certains plages horaires à partir de lundi 31 juillet", annonce dans un communiqué le ministre des Télécommunications et de l’Économie numérique.

Cet accès internet a été coupé à partir de ce lundi matin, ont constaté des journalistes de l'AFP. Amnesty international a dénoncé cette restriction, qu'elle considère comme "une atteinte à la liberté d'information", et appelé les autorités à "rétablir l'internet", dans un message sur Twitter rebaptisé X.

Tweet URL

 

Ousmane Sonko, plus farouche opposant du président Macky Sall et candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2024, est poursuivi pour appel à l'insurrection et autres crimes et délits. Il doit être interrogé ce 31 juillet par un juge, a annoncé l'un de ses avocats. Le juge décidera ou non de retenir les charges qui pèsent contre lui.

TV5 JWPlayer Field
Chargement du lecteur...

L'opposant avait été condamné le 1er juin à deux ans de prison ferme dans une affaire de mœurs, un verdict qui le rend inéligible en l'état, soulignent ses avocats et des juristes. Sa condamnation a engendré début juin les troubles les plus graves depuis des années au Sénégal, qui ont fait 16 morts selon les autorités, une trentaine selon l'opposition.

Selon le procureur, l'arrestation n'a "rien à voir" avec la première procédure dans laquelle Ousmane Sonko a été jugé par contumace. L'opposant a annoncé sur les réseaux sociaux entamer une grève de la faim. Il a aussi appelé le peuple à " rester debout" et à "résister".

Tweet URL

La coalition de l'opposition Yewwi Askan Wi a appelé "le peuple sénégalais" à se "rendre massivement" au grand tribunal de Dakar où Ousmane Sonko fera face au juge.

Un peu plus tôt dans la matinée, des manifestants avaient barré l'autoroute à péage, a indiqué son service de communication sur les réseaux sociaux, ajoutant que les forces de l'ordre étaient en route.

À Ziguinchor, la grande ville du sud dont Sonko est le maire, des heurts ont éclaté entre ses partisans et la police, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des groupes de jeunes mobiles y lançaient des pierres aux policiers qui tentaient de les disperser à coup de grenades lacrymogènes. Plusieurs rues étaient barrées à l'aide notamment de blocs de pierres et de barres de fer par les manifestants, parmi lesquels des femmes, dans plusieurs quartiers de la ville.

La présence policière a été renforcée dans toute la capitale Dakar. Plusieurs dizaines de policiers, de véhicules anti-émeutes et de barrages filtrants ont notamment été déployés autour du Palais de justice ce matin, a constaté l'AFP.

La société qui gère le train rapide reliant Dakar à sa banlieue, une filiale de la française SNCF, a annoncé cet après-midi "l'arrêt de (la) circulation sur toute la ligne en raison d'actes de malveillance" commis par des protestataires, dans un message sur X.